Un dossier d’HDR à consulter, sur ateliers d’écriture artistique plurilingue et écriture de la recherche.

Pour ceux que ça intéresserait : consultable ici mon dossier d’HDR tel que soumis en décembre 2016 à trois sections du CNU (Conseil National des Universités) : la 11ième (langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes), la 9ième (langue et littérature française) et la 7ième (sciences du langage).

Le dossier comporte :

une table des matières générale pour les 4 volumes qui constituent le corps du dossier + les volumes 1 et 2 qui correspondent à ce qui s’appelle d’ordinaire la Note de Synthèse (où les chercheurs font une synthèse analytique de leurs travaux depuis leurs débuts) + le volume 3 (de travaux en Recherche-et-Création littéraire) + le volume 4 (un Inédit à fonction de monographie).

Les pré-rapports, qui ont permis la soutenance (le 13 septembre à Tours) sont ici.

Le rapport de soutenance, ici.

On trouvera également les rapports rédigés à l’occasion de ma demande de qualification aux fonctions de professeur des universités : pour la 11ième ; pour la 9ième ; pour la 7ième.

J’ajouterai dans un prochain billet les documents d’accompagnement qui ne relèvent pas de la recherche mais de sa communication.

Une monographie inédite d’HDR comme Objet (peut-être) Littéraire Non Identifié

À l’occasion du Colloque international « Recherche et création littéraire : rencontre sur les pratiques d’écriture dans les écoles d’art et à l’université » à l’Université de Cergy-Pontoise & à l’École nationale supérieure d’arts de Cergy-Pontoise du 16 au 18 novembre 2015 ; le texte complet de la communication se trouve ici, et la vidéo ici.

 

Préparation de ma soutenance d’HDR : version 1 du texte d’introduction.

À lire ici. Le texte d’introduction tel que lu à ma soutenance est bien différent de ce « premier jet ».

J’en profite pour rapporter une citation (extraite d’une conférence d’Anne Tardos sur son écriture poétique plurilingue, qu’on trouvera ici) :

Time spent carefully creating the atmosphere in which a work of art must move is never wasted. As I see it, one must never be in a hurry to write things down. One must allow the complex play of ideas free rein: how it works is a mystery and we too often interfere with it by being impatient—which comes from being too materialistic, even cowardly, although we don’t like to admit it.

You put such strong pressure on your ideas that they no longer dare present themselves to you, they’re so afraid of not being dressed in a way you’d approve of. You don’t let yourself go enough in particular you don’t seem to allow enough play to that mysterious force which guides us towards the true expression of a feeling, whereas dedicated, single-minded searching only weakens it.

Debussy Letters, selected and edited by François Lesure and Roger Nichols. Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1987, p. 122 (in a letter to Raoul Bardac, 1901)

Texte d’introduction à ma soutenance d’HDR

J’ai soutenu mon Habilitation à Diriger des Recherches le 13 septembre 2016 à l’Université de Tours. Mon référent est Pr. Didier de Robillard. Le jury se composait des professeur.e.s Véronique Castellotti, Claudine Moïse, Pascale Sardin, Anne Roche et Daniel Véronique, et de mon référent.

Le texte d’introduction se trouve ici.

Mieux vaut … bien tard … que jamais

Un blog ouvert au printemps 2015 et depuis, bien des péripéties à ma petite échelle.

De petites Péripéties : du terme, le Dictionnaire Historique de la Langue Française (Le Rey) rappelle l’idée de brutal revirement de fortune, un volte-face.

Tribulations n’est pas mal non plus – serait dérivé de Battre le grain avec une herse pour le séparer de sa balle – ce que je pensais fait au fléau – soit, honte à mon ignorance, l’enveloppe du grain (la balle) – ce que je pensais être l’ivraie ; laquelle est en fait une graminée qui se mélange aux céréales et doit en être séparée afin de ne pas gâter la récolte, ouf, merci Wikipedia, à défaut de racines paysannes (j’en eus, pourtant).

Je serais d’airain que je ne craindrais pas la herse (dont je me demande bien à quoi elle ressemblait, du temps où elle faisait office de fléau…).

Pas d’airain hélas de la chair only, les tribulations-tests&trials m’ont entamé le cuir.

Évidemment il faut éprouver le pécheur, a fortiori la pécheresse.

Ces quelques oiseuses considérations pour introduire un de ces Textes-Source(s) dont ce blog va permettre le recueil.

À lire en pdf : Chèracanon, dans sa version reprise en février 2015 ; une évocation de ces « racines » paysannes – transplantées au bord d’un océan sous forme d’un rocher en pain de sucre haut d’environ deux mètres. Ce rocher est désigné par le nom Chèracanon.

Un jour peut-être seront racontées les tribulations de Chèracanon, comment il a été Trimballé (issu du même groupe latin que Tribulation, nous dit Le Rey) de l’intérieur de terres orientales à un rivage occidental – sous forme de gènes que je transbahute, enrobés de leur balle de culture familiale.

Marseille, 11 janvier 2016.

L’auto-entretien infini

Ce carnet a pour objet de donner à lire les textes, de ma patte, inédits, où s’alimentent pour partie ma réflexion théorique en tant que chercheure en didactiques du plurilinguisme (or whatever you call helping your students to write creatively in more than one language) et mes propositions d’écriture en tant qu’animatrice d’ateliers universitaires d’écriture plurilingue ; ainsi que les textes que ma pratique d’enseignante-chercheure et d’animatrice alimente.

En allers-retours, donc, ou plutôt circulations en tous sens : le titre, d’Auto-entretien infini, certes inspiré de Blanchot, annonce simplement ça : que circule la mangeaille qui fait tourner le petit moteur désirant.

(Cf. dans la chanson de Steve Waring : Éloignez-vous, je suis l’Ogresse / Je mange le fer, je mange la graisse / J’ai un appétit fou, éloignez-vous ! / Je mange tout, tout, tout ! / HA ! HA ! Que tout est bon ! Que tout est bon bon bon bon bon bon bon / Que tout est bon bon bon bon bon…)

Ce carnet est mon lieu d'[ekrivε] ; d’écriture de textes de toutes natures.

Je l’ouvre maintenant – printemps 2015 – parce que tout ne peut pas figurer dans mon dossier d’HDR en voie d’achèvement, mais que pour rendre compte de presque vingt-cinq ans d’écriture, d’enseignement et de recherche (par ordre alpha) et de bientôt dix ans d’animation d’ateliers d’écriture, il me faut pouvoir renvoyer à ces textes.

Je lis l’ambition, le désir qui animent ce blog, dans les mots de Barthes :

C’est […] au moment où la recherche parvient à lier son objet à son discours et à déproprier notre savoir par la lumière qu’elle porte sur des objets mieux qu’inconnus : inattendus, c’est à ce moment-là qu’elle devient une véritable interlocution, un travail pour les autres, en un mot, une production sociale.1

La suite ? Que sera, sera.

1 Barthes, R. (1984). Le bruissement de la langue ; essais critiques IV. Paris : Seuil, p. 110.

 

Marseille, avril 2015, augmenté du § sur Barthes en février 2016.