Né.es d’Anatole et d’Odile, et d’Anatole et de Solange ; de là jusqu’aux vulgivagues.

Anatole, père, par son union légitime avec Odile, de Jules, Antoine, Alice et Gabrielle. Née « illégitime » de son union avec Solange : Elsa.

Quand je regarde, sur l’arbre généalogique, la ligne de cousin.es – Jeanne, Jules, Émile, Léon et Adèle du côté de Marcel et d’Andrée, et Jules, Antoine, Alice et Gabrielle, plus Elsa, pour les rejetons d’Anatole (ce terme anglais de loins <they came out of his loins>, homographe de loin et dérivé du longe français, comme pièce de boucher ; la longe elle-même issue des reins, lombes, d’où lombaires) …

quand je regarde cette ligne de cousin.es, que Marcel et Anatole ont issu.es de leurs profondeurs, de leur lointain (un petit passage par le corps de la génitrice, tout de même, mais là n’est pas mon propos, comme on dit), et que je descends d’un étage, je constate que n’est donnée de moitié qu’aux hommes – ni compagnon, ni descendance pour Jeanne, Adèle, Aline, Gabrielle et Elsa. Chez Anatole, la descendance s’arrête avec les enfants de Jules et d’Antoine. Quant aux petits-enfants de Marcel, on ne connaît de compagne qu’à Camille, Gontran et Georges.

Hasard de la constitution du recueil des Monogloses ?

Chaque texte court issu de lointaines profondeurs sous la forme d’une première phrase « se disant » dans ma tête à des heures indues (quel agacement que cette phrase qui saisit au moment d’un réveil nocturne !) notée, au mieux sur un carnet consacré à cet usage, le plus souvent sur n’importe quelle surface, papier boucherie, boîte de médicament … car il aurait fallu, en ce temps-là, prendre au sérieux ces petites mouches inconnues qui venaient piquer sans crier gare, se croire une possible vocation d’entomologiste, les capturer, les étudier, prévoir des rapports auprès des sociétés de savants … plutôt que de les chasser d’un revers de main, ou parfois les épingler sur un bout de carton parce que, après tout, chasseur de papillons, ce n’est pas un loisir plus ridicule qu’un autre.

Tu fais quoi, sur ton temps libre ?

Bof, pas grand-chose en dehors des loisirs des enfants, enfin si, des fois j’écris…

La mine suffisamment renfrognée et le ton suffisamment revêche pour que ne s’appesantisse pas la conversation sur le sujet.

Admettons qu’il n’y ait pas de hasard.

Observation : si de moitié(s) sont pourvues les femmes de la famille, elles n’ont pas été dotées d’une monoglose ; pas encore, en tout cas.

Hypothèses ?

Hypothèses : J’en aurais bien quelque-unes, mais elles seraient toutes sur le mode « de cause à effet », et psychologisantes.

Du genre : ne sont pas entendues les personnes non issues des lointains de Marcel et d’Anatole, sauf celles qui se sont appariées à un descendant mâle. Leur sexe est indifférent : de Georges, on entend aussi bien la compagne Carole, mère de Maeva, que le compagnon Joël.

Soit dit en passant, j’adore cette perche tendue à mes velléités d’auto-analyse sauvage : <leur sexe est indifférent> ; comment, s’apparier avec un descendant de Marcel ou d’Anatole condamne à l’absence de désir et/ou de plaisir sexuel ?

Voilà qui est aller vite en besogne. (Ou allÉ ?)

Sans oublier évidemment que l’on dit <besogner une femme> (de <besogner un homme> je n’ai jamais croisé) ; et que besogner, besogne et besoin sont de même étymologie.

Évidemment, le logiquement-dérivé <faire son besoin en une femme> demande un peu de cœur au ventre & à l’ouvrage pour ne pas s’arrêter à un triste hochement de tête accompagné d’un tst tst fataliste, et de commentaires moroses sur tout cela n’est qu’histoire de foutre et de sac à.

Tiens, voilà que me revient une de ces phrases que rapportèrent les vagues et que, glaneuse de grève sans connaissances historiques stables, solidement ancrées, j’ai ramassé et ajoute parfois à mes compositions : le Français, encore un effort si vous voulez être républicains ! de Sade.

Internet aidant, et seul cet insolite assemblage qu’est la glaneuse m’intéressant, je glane encore : cet ébouriffant vulgivague !

Il se trouvait là : « les femmes naissent vulgivagues, c’est-à-dire jouissant de tous les avantages des autres animaux femelles et appartenant, comme elles et sans aucune exception, à tous les mâles »1.

Friinchement (pour rendre l’interjection tel que je l’entends et à des oreilles non locales ; les locales entendant, quant à elles, franchement…)

Friinchement, it made my day, ce mot extraordinaire !

Nous dit sobrement le CNRTL : Empr. au lat. vulgivagus (comp. de vulgus « le commun des hommes, la foule » et de vagari « aller çà et là, errer » dér. de vagus « vagabond ») « qui erre partout, vagabond » adj. donné à Vénus (Lucrèce, 4, 1071).

Tu s’rais un peu bigleux que ti lirais2 vulvivage, et qui ça sirait l’espace limitrophe entre la vulve et le vagin.

Béatement, un méat.

Ou pas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Méat_urétral

Où l’on découvre le raphé du périnée.

Friinchement, à quoi s’occupait-on avant l’arrivée d’Internet ?!

Raphé, par le CNRTL : Entrecroisement symétrique de fibres musculaires, tendineuses ou nerveuses, au niveau de la ligne médiane.

On a très envie que ce soit de même origine que raphia / rafia, but that would be pushing one’s luck…

Vulgivague : non, friinchement, on ne peut s’arrêter là, si ?

2Pour rappel : j’écris et je parle comme je veux, merci de votre compréhension, amen.

La descendance de Marcel et Andrée : on s’arrête là.

Quatre arrière-petites-filles : Anaëlle, ou Anaté ou Montaine, encore à naître, de Fred et Camille ; Mélanie et Zoé, filles de Gontran et Naïma ; Maeva, fille de Georges et Carole.

(Question que je me pose : aurait-il fallu parler d’autodafé pour la grand-mère, dans la monoglose de Zoé ?)

À propos de la monoglose de Maeva : mes textes s’agglomèrent bord à bord, formant une crépine veinée ; la monoglose de Maeva est également insérée dans Ananas et Roroto.

Succéderont à leurs monogloses celles de la descendance légitime d’Anatole et Odile, et illégitime d’Anatole et Solange.

Marseille, février 2016.

Monog 22 : version prose / version poème.

Monog. 22 : un texte à étages, comme certaines pâtisseries : je relis, février 2016, le texte de présentation écrit en février 2013 pour accompagner le « poème » issu, toujours en février 2013, de la Monoglose beaucoup plus ancienne de Mélanie, fille de Gontran et Naïma. Cette Monoglose est lisible en pdf ici ; le « poème » ultérieur, .

Le texte de février 2013, donc :

First poem ever… that is, if my memory serves me right. Écrit comme je fais depuis deux ans mes traductions : en colonnes, le texte original à gauche, la traduction à droite. Avant, c’était paragraphes dessus (anglais) dessous (français), empilements de bêtes à deux dos, sandwiches de cloportes.

Poem1 : le texte original est un texte de prose écrit il y a des années. Parmi mes rares lecteurs, un avis unanime : tu devrais essayer d’envoyer tes textes à une revue de poésie. Mais la poésie, ce n’est pas pour moi, si ? Et puis je n’en lis pas. J’ai lu qu’il faut en lire pour en écrire.

Poem1 est un texte de prose simplement dégraissé, parce que comme des gouttes d’eau de ma peau je veux faire tomber les étudiants, parce que j’ai envie de perdre plusieurs kilos aussi, jusqu’à la maigreur que je ne connais pas (how does it feel to be lean ?), parce qu’il y a encore un scandale alimentaire – du cheval vendu comme du bœuf, fév2013 – qu’un collègue important pratique le jeûne, parce que j’ai croisé un plus jeune qui le fait également, parce qu’il fait de la montagne et que quand il évoque chaussures et Vercors, je maigris de presque quinze ans et me revois randonnant dans le Parc des Encantats et que dire qu’on n’aime plus les gens qu’on a aimés, je ne comprends pas ce que c’est, comme la poésie. Et les autres parce que, qui glissent dans le sablier de l’oubli.

Maigre au point de n’avoir que la peau sur les os ; des œufs au plat in lieu de seins. (Mais c’est bon les œufs au plat, avec des baked beans, du pain grillé et du fromage fondu dessus ! Ah, misère, la route est longue…

(Moment étrange : je prévois d’arrêter d’enseigner-chercher mais attirée par les années passées, j’ai fort envie aussi de me remettre aux maths et à l’allemand…)

On lira donc, si ce n’est pas déjà fait, ce Poem1 ici.

Monogloses 11 à 20.

Comme une livraison, le journal lancé par le paperboy claque sur le perron, le volet de la boîte à lettres dans la porte d’entrée se balance en grinçant : la suite des Monogloses, par Gontran, Daniel, Amandine et Georges, issus d’Émile et Marie et cousins de Camille comme de Maud, fille de Léon et Ernestine. Puis Fred, Naïma, Carole et Joël, moitiés plus ou moins solidement attachées respectivement à Camille, Gontran, et Georges.

Monogloses 2 à 10.

Un jour vient la mort. Les morts n’ont pas de raison de se taire puisque les vivants ne les entendent pas.

Le nom de la famille des Monogloses, les Rops, est emprunté à Daniel-Rops, auteur de Mort, où est ta victoire, déniché dans la bibliothèque familiale. Je suis pratiquement certaine de ne pas avoir lu ce livre, attirée simplement par le titre frappant. Je me souviens en revanche que j’avais seize ou dix-sept ans. Presque trente ans plus tard, j’ai lu le résumé sur Internet (et le fait que la famille de Daniel-Rops s’appelait Petiot).

Chez les Rops, certains, notamment Anatole, et son frère Marcel, n’ont, comme on le dit familièrement, « rien compris à ce qui leur arrivait ». Leur père, négociant bordelais vivant quelque part dans une plantation d’ouvrières noires sur lesquelles il régnait en maître, a décidé un jour de se débarrasser de sa femme et de ses deux fils, les déposant en France, où les enfants n’avaient jamais mis les pieds, avant de retourner là où il s’estimait réellement chez lui.

On peut imaginer que n‘ayant « rien compris à ce qui leur arrivait », les fils ont ressassé, analysé et interprété, d’où le terme de glose. La glose n’est pas une répétition / interprétation à l’identique. De la même manière, les Monogloses se veulent à la fois statiques, ou du moins intemporelles – on pourrait les trouver dans la bouche de leur locuteur à n’importe quel moment de leur vie ou de leur mort – et dynamiques – il se passe toujours un petit quelque chose qui ancre le récit dans un maintenant. Et à la fin de chaque Monoglose, on attend la suite, ou on peut se mettre à l’imaginer.

Les Rops forment une famille par le sang ou par alliance. Mais qu’est-ce qui forme leur culture commune ? Peut-être cette manière qu’ils ont de dire les choses par métaphore, ou analogie, de façon biaisée : un code, doublé ou pas de lapsus. Je soupçonne, pour donner un exemple, que le texte plutôt guilleret de Zoé qui vient de trouver un godemiché doré sous son oreiller, et file la métaphore de la babiole apportée par la petite souris en échange d’une dent de lait, est une plaisanterie bon enfant qui deviendrait macabre si on se souvenait en la lisant que la propagande nazie décrivait comme des rats les Juifs, dont les dents en or étaient arrachées dans les camps.

Dans ce cas, se dira-t-on, il n’est plus possible de rien dire, si tout est susceptible de vouloir dire autre chose. Ce n’est peut-être pas faux, au moins pour l’histoire récente de la France.

Marcel a déjà monoglosé ici ; sa femme Andrée monoglosera . Puis leurs cinq enfants, Jeanne, Jules, Émile, Léon et Adèle. Ce sera ensuite au tour d’Adrienne, femme de Jules, de Marie, femme d’Émile, et d’Ernestine, femme de Léon.

Marseille, février 2016.

Présentation des Monogloses solipsistiques + Monog.1.

Une famille où rien ne se dit, à part l’accessoire. Cette famille se trouve par conséquent sans histoire, sans histoire qu’elle puisse considérer comme la sienne : une histoire commune, partagée, ça s’élabore, au fil des ans, à partir d’un texte central peut-être, transmis et complété, parfois repris et amendé. Si versions divergentes il y a, certain.e.s les racontent quand même, peut-être même sont-elles débattues.

Et dans les familles où rien n’est transmis, ça se passe comment ? Peut-être se trouve-t-il toujours, dans ces familles-là, un adulte resté enfant, un enfant mal grandi, qui en invente, des histoires, parce qu’il aurait bien aimé, consciemment ou pas, qu’on la lui raconte, l’histoire de sa famille.

Pour une de ces familles-là, la famille imaginaire des Rops, ont été « inventées » des bribes de paroles, les Monogloses.

Monogloses : monologues + gloses. Et Solipsistique pour enfoncer le clou et en mettre plein la bouche – le bâillon, le coton qui empêche de parler.

Car l’explication est probablement simple : dans ces familles-là on se tait parce qu’on est bâillonné.

D’où le titre complet : Les Dénommés Rops, monogloses solipsistiques.

Il est en effet extrêmement difficile de se taire tout le temps. On finit par parler tout seul, à un destinataire invisible, dont accessoirement nous pouvons remplir la fonction, nous les lecteurs inaudibles.

Ouvre le bal Marcel, avec sa Monog.1, à lire en pdf ici.

Marseille, février 2016.

Perplexité 1.

À lire ici en pdf, la Perplexité 1, sous le titre Comprends-tu ?

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflaient une sentence énigmatique, laquelle tomba net en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative (quelque chose comme Ne t’inquiète pas, il / elle a dit ça parce que…).

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, Comprends-tu ?

Marseille, février 2016.