Ilèïne 1

La lame est nue et au milieu des cris

Qui sait à quoi l’on pense quand on dérouille ? À quoi pense-t-on ? Et à quoi pense-t-il le paternel qui ?

Qui sait à quoi

La brute et j’ai cette salive qui me monte aux lèvres derrière les dents qui remplit doucement la douve au pied de la muraille d’os encore toujours je te haine

La lame est nue et au milieu des cris

Plusieurs fois déjà elle a frôlé le corps Du haut des murailles les oiseaux s’élancent Happent les insectes qui sonnés s’enfoncent dans les gorges ouvertes

Le corps livré

Compacts gravillons qu’on égrène du gosier des cailles

Craquants crabes rosés qu’on retire des lèvres des bivalves dans les sables du Marais plus pleins que les tiques qui se gobergent sur l’ourlet des oreilles ils ont saisi leur chance en marge de la Frange

Un festin dans la cour close ailes élytres et jus baignant les corps la lame virevolte Ailes élytres jus sucs et sang Elle se lance et se balance le corps livré tandis que les piailleurs becs écartelés chargent de leurs cris aigres ouverts à tout rompre les cris aigrelets

Elle passe tout près tout près

.Sa langue aussi qui frôlait ses lèvres ses dents.

Les poils glissent vers le sol légèreté de flocons première neige qui tient ne fond pas sur la Frange tandis que la survole une vouivre en grande envergure qui grise la neige du ciel renfrogné

Des poils soyeux à l’odeur de cumin quand il y enfouissait son nez

Le fil de la lame derviche cisaille la lumière des torches l’air déplacé fait vaciller les flammes et le passage des oiseaux ivres

Et les cris de la foule

Et les cris de la foule

Mais ses hurlements à lui ne dérangent rien Pas les voix du public qui se presse à peine contenu par les murs

Gluant d’excitation et de sueur

.Il hurle mais n’émeut rien.

La Communauté a rameuté les villageois des alentours, familles, impétrants et Maîtres

Mon amour. Tu ne te défends pas. Tu ne t’es pas enfui. Jette-toi sur la lame et que ça en finisse.

 

Un univers de SFFF qui se construit peu à peu : Les Quotas, accompagnés.

À lire ici ; dans le même univers que Zhomb Jonas. Ouvre la catégorie « féminismes & LGBT » parce qu’on n’y est pas, disons, genré à la papa 🙂

À lire dans la même veine : L’Implant et Déficient, en pdf toujours.

Dans L’Implant, le terme « immémorial » serait peut-être un choix plus heureux que celui d’ « ancestral ».

Déficient : association d’idées avec la nécessité de « Cohérence Interne » pour les habitants du monde décrit dans Déficient, l’Implant, Zhomb Jonas et ces quelques autres de ces textes classés en SFFF : la présentation de Invitation to a Beheading de Nabokov par Azar Nafisi dans Reading Lolita in Tehran, ma lecture du moment : le roman begins with the announcement that its fragile hero, Cincinnatus C., has been sentenced to death for the crime of “gnostic turpitude”: in a place where all citizens are required to be transparent, he is opaque (p. 22, Londres : Fourth Estate, 2004).

À propos d’ « in-en-vi-sa-gea-ble » dans Déficient : difficile de transcrire les « accents » sans tomber dans la caricature mais jouer sur la cassure du mot (in-en, plutôt que i-nen) peut permettre des effets intéressants. Ici, pour lire le /in/, on est obligé d’adopter un accent « pointu » sur le mot, qui peut permettre, lors d’une lecture à voix haute, de donner le ton pour le reste de la remarque du Maître Gardian.

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflent une sentence énigmatique, qui tombe en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative.

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, à lire ici.

(Et à chacun ses vétilles…)

Marseille, février 2016.

 

Un zombi torturé qui ne craint rien tant que de perdre son vocabulaire…

Zhomb Jonas (en pdf), tueur à gages, zombi plusieurs fois ramené à la « vie », est kidnappé par les membres d’un réseau qui lutte contre l’Intersidérale et a besoin dans son combat de connaissances sur le passé de leur univers commun, connaissances dont l’accès est strictement contrôlé par l’Inter.

Mais son problème à lui, Jonas, c’est que d’une « réactivation » à l’autre, il perd la mémoire, et son vocabulaire. D’autant plus qu’il est contraint d’utiliser la NouvLangue imposée par l’Inter – la NouvLangue, version transparente de notre NovLangue contemporaine, riche en sigles et pauvre en nuances. Aussi Jonas n’a-t-il d’autre occasion d’utiliser les mots de son passé que de les réciter par listes.

Listes de plus en plus dérisoires et artificielles : ce que désignaient ces mots – des fruits, des animaux… – a disparu.

(Je me suis demandé si par cette perte de mémoire progressive, je ne figurais pas l’acculturation nécessaire au passage d’une discipline (l’anglistique) à l’autre (la didactique du plurilinguisme, comprise dans l’ensemble plus vaste des sciences du langage). Peut-être.

Peut-être également une « asthénie mentale », comme disent les médecins, que j’espère passagère.

« Asthénie » qui m’empêche de trouver la force de lire / voir le livre / film Still Alice

Marseille, janvier 2016.