C’est râpé

Cet homme m’emmène faire un tour en voiture, il veut me montrer le coin, en bon hôte dans le pays étranger qui me reçoit pour un séjour court où j’accompagne des collégiens. Je dîne à sa table avec sa femme et ses enfants. Ils me paraissent vieux, mes hôtes. Affadis. Plus d’étincelle. Ils ont les cheveux blancs, j’ai la petite vingtaine.

Veille et avant-veille, j’ai fait une erreur, que je ne referai plus à l’avenir. Jamais : fraîche émoulue de lectures freudiennes, d’études littéraires, d’amours récentes longuement horizontalisées, le soir, après le repas soigné à mon intention, au coin d’un feu peut-être, ou plutôt d’un insert, de bûches factices, je dégoise, je joue de cette langue que récemment diplômée je continue à apprendre, cette langue « seconde » qui m’enchante. Je parle amour et érotisme : ce n’est que beaucoup plus tard que je lirai théorisée l’absence d’affects dans la langue « non maternelle » (par Kristeva, Huston, Sebbar, des femmes, tiens, expérience commune ?).

Je ne me méfie pas, donc, et ne vois pas que monte monte monte quelque chose en cette femme et cet homme que bête de ma jeunesse je ressens comme des plus vieux. Des vieux tout courts. Pensez donc, ils ont les cheveux blancs, alors que même ma mère les a encore châtains. Teints.

Châteints, bien sûr.

Elle, la peau fade et les cheveux non teints, me racontera qu’elle n’a pas épousé son « grand amour » mais un ami à elle, mon hôte, pour deux enfants désormais adolescents et toute une vie d’étreintes tièdes tiédissant s’évanouissant. La paix au coin du feu et j’ajoute un chien sur le tapis de ma remémoration alors qu’il n’y en avait pas.

Lui m’emmène faire un tour en voiture et nous arrête au bord d’un lac. Je suis sans crainte, c’est mon hôte, il est gentil, il est vieux – quarante ans peut-être – je suis curieuse de tout et avale le paysage, me vautre dans mon aisance croissante dans cette langue dont j’ai & aurai la passion. Toujours, intiédissable. Il me parle, je l’écoute, c’est une real-life situation, il ne m’émeut pas, si ce n’est que sa vie que je ressens comme étriquée me fait pitié il me fait un peu pitié et là-dessus je le trouve laid et arrêtant le moteur il me dit qu’il est amoureux de moi, que j’ai apporté du soleil dans sa vie

en deux jours mais il est vrai qu’il pleut tout le temps en Angleterre

et je ne sais plus ce que je réponds

des conneries de jeune diplômée plus délurée que dévergondée dans un gravy freudien léger, de l’eau de vaisselle

ou même je ne réponds rien

parce que je suis stupéfaite ?

il est en train de me dire quoi, le vieux grand et maigre et pâle et moche ?

et il me dit aussi, dans la voiture garée près du lac, See, I could rape you, but I won’t

et on rentre à son home, au Englishman by the lake.

Famine

Avec ma famine, on est allé promener, le long du canal. Un beau dimanche, à la campagne, il a fallu prendre deux voitures mais ça valait le coup. Le chemin de halage crissait, et les arbres, si droits vers le ciel, ils espèrent pousser à l’atteindre ou quoi ? J’ai dit à Sylvie on dirait toi quand tu fais tes étirements de yoga, ça lui a plu. En rangée, des peupliers pour ce que j’en connais, les petits se poursuivaient de l’un à l’autre, disparaissaient derrière les troncs. C’est l’hiver, on dirait des pinceaux ces arbres-là. Vu, pas vu, là, pas là, les gosses se sont essoufflés de jouer, et on leur apprend plus à pas se découvrir après un effort. Paraît qu’il y a des silures, dans le canal, et des carcasses de voitures aussi. Ça fait des abris à la poiscaille j’imagine, anti-aériens contre les ricochets, même s’il faut être un peu truffe pour tenter des ricochets sur un canal aussi étroit. Ou peut-être des hôtels quatre étoiles qu’ils ont les silures au fond de la flotte. Un de ces hôtels où j’ai toujours rêvé de pouvoir emmener ma femme, qu’elle ait le plaisir de se faire belle, mettre ses dessous coquins que je lui offre à la Saint-Valentin. J’ai toujours la trique pour elle dessous ou pas dessous mais si ça lui fait plaisir, et puis la petite vendeuse à Monoprix connaît bien ses babioles, et moi aussi depuis le temps, alors elle m’a toujours bien conseillé. Il y a que les femmes pour se comprendre entre elles, de toute manière. Coiffeur manucure huile parfumée qu’elle ferait ma Sylvie dans la salle de bains du château. C’est fou ce que les industriels sont inventifs, même si l’huile ça fait penser au poulet. Bref si elle trouve que c’est mieux dans la chambre quatre étoiles qu’à la maison pourquoi pas, les goûts et les couleurs… Pendant qu’elle se préparerait ma princesse j’irais à la pêche, aucune idée du goût que ça peut avoir un silure, et même j’ai jamais pêché de ma vie mais quand même ce serait bien, sur un pliant de toile, entouré du matériel, au bord du canal, pour peu qu’on soit pas longés par une départementale et que la plaine derrière elle serait à perte de vue, les récoltes faites peut-être, pour aller jusqu’à l’horizon, la plaine bien plate bien propre et la ligne d’horizon bien nette alors là on respire. Faudrait voir à ce qu’ils laissent pas la moissonneuse-batteuse en plein milieu. En face ce qu’il y aurait, je sais pas, d’autres pêcheurs en tout cas c’est sûr, pour échanger un regard où je lirais rien d’autre que on est bien là mon gars et peut-être ça va mordre tu vas voir, c’est un bon coin, parce que dans le bruit des machines quand on s’attrape les yeux… Momo il est fort pour ça, il a toujours une pitrerie qui vous saisit au coin de l’oeil, ça pourrait nous fâcher parce que l’inattention, sur ces machines, ça pardonne pas, mais ça existe aussi, cet état d’abrutissement où plus rien vous importe, la mort ça fait pas mal sur un corps engourdi, le bruit nous saoule, peut-être qu’il y a que l’accident pour ramener à la vie. Momo c’est notre clown de service, même si on fait discret, de temps en temps un gars lâche un aboiement de rire et on sait que c’est Momo qui en a sorti une bonne. Lui non plus c’est sûr il a pas les moyens d’emmener sa princesse dans la chambre à baldaquins avec miroir au plafond et robinets dorés. Je sais même pas s’il a une femme, d’ailleurs. Paraît qu’ils en ont plusieurs mais Momo ça m’étonnerait, il a pas le temps, ça sent quand même le truc de riche, cette histoire. Ou peut-être Momo il a des amants plus vieux parce qu’il est bien de sa personne, mince bronzé musclé, et il paraît que c’est courant, dans ces pays…

Ma femme elle adore que je l’appelle encore ma princesse, après trente ans, et les enfants. Comment je pourrais l’appeler autrement, ça je me le demande. Quand une femme t’a tiré de la noyade queue flasque pelage trempé et plus flagada que la since, y a que les princesses à pouvoir faire ça, non ? Ou les reines peut-être mais moi aussitôt je pense reine-mère et là ça loupe pas je bande plus.

Avant ma femme j’étais abandonné. Sylvie je crois qu’elle aimait ça, sauver une bête. Et puis elle aime les animaux. Fallait bien, avec tous ceux qu’ils avaient à la ferme des beaux-parents.

On a pas repris de chien.

Moi j’aurais pas été contre, pour aller à la chasse. Mais non, elle dit, ça fait des traces partout alors que tu viens juste de rincer le carrelage, et puis tu voudrais pas le prendre avec toi la nuit, tu trouves pas que c’est un peu cruel, la niche ou même les journaux sur le sol de la cuisine ? Ou alors il faut en prendre au moins deux mais je te dis pas le chantier.

À l’usine le patron il laisse son berger allemand dans la salle des machines. Un plus tout jeune, qui bouge pas trop, sauf pour aller quémander une caresse à Julie qui la lui fait toujours, cette fille a le cœur sur la main, c’est tout ce qu’il fait de sa journée le chien, quémander sa caresse autant de fois que Julie elle passe, aller pisser deux ou trois fois, c’est pour ça que je méfie, doit pas être si vieux que ça, ce chien, sinon il aurait des problèmes de prostate sûrement et il irait pisser plus, ou alors même il se ferait dessus, non, le patron le pose matin et le récupère soir et on y fait à peine attention mais ça m’étonnerait pas qu’un jour il nous saute à la gorge. C’était les chiens des Allemands, quand même. Mais celui-là il est digne, jamais il se prendrait à aller renifler Julie sous sa jupe, même quand l’abat-jour est si court qu’on lui verrait l’ampoule, pour peu qu’elle se baisse, ah !

C’est la belle-mère qui parle comme ça. Elle a que ça de sympathique la belle-doche, ses expressions à coucher dehors. Sinon on peut pas faire moins commode, ma Sylvie elle a pas rigolé tous les jours du temps qu’elle était encore à la ferme.

Le beau-père il a toujours chassé il paraît, dans les champs de maïs tu lèves la bécasse qu’il dit. Moi j’ai jamais chassé, c’est dangereux les fusils mais quand même je trouve qu’un homme un fusil et un chien, ça a de la gueule. Dans le treillis en plus, à grandes enjambées, droit et sachant où il va, parce qu’il connaît la nature et les bêtes.

Le beau-père le bide lui saute la ceinture, je me demande comment il fait, avec toutes ces heures passées à marcher. Loin de chez lui sûrement, pour pas entendre sa marâtre, ou alors il défouraille à tire-larigot pour couvrir ses aigreurs, vu qu’elle a la langue agile qui claque comme un fouet, alors même que maintenant elle porte des couches pour vieux. Elle me cingle le visage, que ma princesse dit. Moi je m’interpose plus, paraît que ça fait qu’envenimer les choses, laisse-la dire, ça m’atteint plus vraiment, mais je peux pas la croire vu qu’elle pleure dans la 405 toujours quand on rentre !

Chaque année je refuse qu’on y aille et chaque année on y va, pour leur souhaiter la bonne année et lui apporter son kilo de boules crème à lui, il lui faut les plus sucrées, j’oserais pas en donner au clébard du patron de peur qu’il dégueule ses entrailles, aussi dégueulasses je crois qu’il y a plus qu’à Leclerc qu’ils les font, et chaque année penser qu’il va falloir en mettre une boîte sur le haut du caddie parce que Sylvie elle trouve tout de même qu’elle est jolie la boîte grenat brillant avec le dessin doré de nœud cadeau, et que c’est plus gentil quand elle est présentable. Tu parles, le beaup il regarde pas la boîte, il arrache le couvercle pour foutre ses doigts dedans !

Alors lui il a ses boules qu’elles seraient remplies de shampoing-crème on ferait pas la différence, et elle il faut toujours lui trouver un cadeau original sinon elle fait une moue moi je dis elle a la bouche en trou de cul de chat, véridique, il y a qu’à ça que ça peut ressembler mais Sylvie ça la fait même pas sourire, l’expérience, toutes ces années… jamais rien lui ôtera du crâne qu’il faut pas dire du mal des gens et pas leur en souhaiter non plus…

Franchement ils méritaient pas une fille comme Sylvie, les familles y’a pas à dire, souvent c’est maldonne, moi je refuse même d’utiliser le mot, ma Sylvie, nos trois gamins, qui sont bien grands maintenant, et les petits et les autres encore à venir j’espère, à nous tous on forme une famine et tant pis pour ceux qui trouvent qu’il est bien triste ce mot, que je peux faire le malin parce que j’ai à peine connu la guerre… Qu’ils aillent se faire voir chez les Grecs. Au moins, famine, quand on l’utilise, nous on sait ce que ça veut dire.

Né.es d’Anatole et d’Odile, et d’Anatole et de Solange ; de là jusqu’aux vulgivagues.

Anatole, père, par son union légitime avec Odile, de Jules, Antoine, Alice et Gabrielle. Née « illégitime » de son union avec Solange : Elsa.

Quand je regarde, sur l’arbre généalogique, la ligne de cousin.es – Jeanne, Jules, Émile, Léon et Adèle du côté de Marcel et d’Andrée, et Jules, Antoine, Alice et Gabrielle, plus Elsa, pour les rejetons d’Anatole (ce terme anglais de loins <they came out of his loins>, homographe de loin et dérivé du longe français, comme pièce de boucher ; la longe elle-même issue des reins, lombes, d’où lombaires) …

quand je regarde cette ligne de cousin.es, que Marcel et Anatole ont issu.es de leurs profondeurs, de leur lointain (un petit passage par le corps de la génitrice, tout de même, mais là n’est pas mon propos, comme on dit), et que je descends d’un étage, je constate que n’est donnée de moitié qu’aux hommes – ni compagnon, ni descendance pour Jeanne, Adèle, Aline, Gabrielle et Elsa. Chez Anatole, la descendance s’arrête avec les enfants de Jules et d’Antoine. Quant aux petits-enfants de Marcel, on ne connaît de compagne qu’à Camille, Gontran et Georges.

Hasard de la constitution du recueil des Monogloses ?

Chaque texte court issu de lointaines profondeurs sous la forme d’une première phrase « se disant » dans ma tête à des heures indues (quel agacement que cette phrase qui saisit au moment d’un réveil nocturne !) notée, au mieux sur un carnet consacré à cet usage, le plus souvent sur n’importe quelle surface, papier boucherie, boîte de médicament … car il aurait fallu, en ce temps-là, prendre au sérieux ces petites mouches inconnues qui venaient piquer sans crier gare, se croire une possible vocation d’entomologiste, les capturer, les étudier, prévoir des rapports auprès des sociétés de savants … plutôt que de les chasser d’un revers de main, ou parfois les épingler sur un bout de carton parce que, après tout, chasseur de papillons, ce n’est pas un loisir plus ridicule qu’un autre.

Tu fais quoi, sur ton temps libre ?

Bof, pas grand-chose en dehors des loisirs des enfants, enfin si, des fois j’écris…

La mine suffisamment renfrognée et le ton suffisamment revêche pour que ne s’appesantisse pas la conversation sur le sujet.

Admettons qu’il n’y ait pas de hasard.

Observation : si de moitié(s) sont pourvues les femmes de la famille, elles n’ont pas été dotées d’une monoglose ; pas encore, en tout cas.

Hypothèses ?

Hypothèses : J’en aurais bien quelque-unes, mais elles seraient toutes sur le mode « de cause à effet », et psychologisantes.

Du genre : ne sont pas entendues les personnes non issues des lointains de Marcel et d’Anatole, sauf celles qui se sont appariées à un descendant mâle. Leur sexe est indifférent : de Georges, on entend aussi bien la compagne Carole, mère de Maeva, que le compagnon Joël.

Soit dit en passant, j’adore cette perche tendue à mes velléités d’auto-analyse sauvage : <leur sexe est indifférent> ; comment, s’apparier avec un descendant de Marcel ou d’Anatole condamne à l’absence de désir et/ou de plaisir sexuel ?

Voilà qui est aller vite en besogne. (Ou allÉ ?)

Sans oublier évidemment que l’on dit <besogner une femme> (de <besogner un homme> je n’ai jamais croisé) ; et que besogner, besogne et besoin sont de même étymologie.

Évidemment, le logiquement-dérivé <faire son besoin en une femme> demande un peu de cœur au ventre & à l’ouvrage pour ne pas s’arrêter à un triste hochement de tête accompagné d’un tst tst fataliste, et de commentaires moroses sur tout cela n’est qu’histoire de foutre et de sac à.

Tiens, voilà que me revient une de ces phrases que rapportèrent les vagues et que, glaneuse de grève sans connaissances historiques stables, solidement ancrées, j’ai ramassé et ajoute parfois à mes compositions : le Français, encore un effort si vous voulez être républicains ! de Sade.

Internet aidant, et seul cet insolite assemblage qu’est la glaneuse m’intéressant, je glane encore : cet ébouriffant vulgivague !

Il se trouvait là : « les femmes naissent vulgivagues, c’est-à-dire jouissant de tous les avantages des autres animaux femelles et appartenant, comme elles et sans aucune exception, à tous les mâles »1.

Friinchement (pour rendre l’interjection tel que je l’entends et à des oreilles non locales ; les locales entendant, quant à elles, franchement…)

Friinchement, it made my day, ce mot extraordinaire !

Nous dit sobrement le CNRTL : Empr. au lat. vulgivagus (comp. de vulgus « le commun des hommes, la foule » et de vagari « aller çà et là, errer » dér. de vagus « vagabond ») « qui erre partout, vagabond » adj. donné à Vénus (Lucrèce, 4, 1071).

Tu s’rais un peu bigleux que ti lirais2 vulvivage, et qui ça sirait l’espace limitrophe entre la vulve et le vagin.

Béatement, un méat.

Ou pas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Méat_urétral

Où l’on découvre le raphé du périnée.

Friinchement, à quoi s’occupait-on avant l’arrivée d’Internet ?!

Raphé, par le CNRTL : Entrecroisement symétrique de fibres musculaires, tendineuses ou nerveuses, au niveau de la ligne médiane.

On a très envie que ce soit de même origine que raphia / rafia, but that would be pushing one’s luck…

Vulgivague : non, friinchement, on ne peut s’arrêter là, si ?

2Pour rappel : j’écris et je parle comme je veux, merci de votre compréhension, amen.

Monogloses 2 à 10.

Un jour vient la mort. Les morts n’ont pas de raison de se taire puisque les vivants ne les entendent pas.

Le nom de la famille des Monogloses, les Rops, est emprunté à Daniel-Rops, auteur de Mort, où est ta victoire, déniché dans la bibliothèque familiale. Je suis pratiquement certaine de ne pas avoir lu ce livre, attirée simplement par le titre frappant. Je me souviens en revanche que j’avais seize ou dix-sept ans. Presque trente ans plus tard, j’ai lu le résumé sur Internet (et le fait que la famille de Daniel-Rops s’appelait Petiot).

Chez les Rops, certains, notamment Anatole, et son frère Marcel, n’ont, comme on le dit familièrement, « rien compris à ce qui leur arrivait ». Leur père, négociant bordelais vivant quelque part dans une plantation d’ouvrières noires sur lesquelles il régnait en maître, a décidé un jour de se débarrasser de sa femme et de ses deux fils, les déposant en France, où les enfants n’avaient jamais mis les pieds, avant de retourner là où il s’estimait réellement chez lui.

On peut imaginer que n‘ayant « rien compris à ce qui leur arrivait », les fils ont ressassé, analysé et interprété, d’où le terme de glose. La glose n’est pas une répétition / interprétation à l’identique. De la même manière, les Monogloses se veulent à la fois statiques, ou du moins intemporelles – on pourrait les trouver dans la bouche de leur locuteur à n’importe quel moment de leur vie ou de leur mort – et dynamiques – il se passe toujours un petit quelque chose qui ancre le récit dans un maintenant. Et à la fin de chaque Monoglose, on attend la suite, ou on peut se mettre à l’imaginer.

Les Rops forment une famille par le sang ou par alliance. Mais qu’est-ce qui forme leur culture commune ? Peut-être cette manière qu’ils ont de dire les choses par métaphore, ou analogie, de façon biaisée : un code, doublé ou pas de lapsus. Je soupçonne, pour donner un exemple, que le texte plutôt guilleret de Zoé qui vient de trouver un godemiché doré sous son oreiller, et file la métaphore de la babiole apportée par la petite souris en échange d’une dent de lait, est une plaisanterie bon enfant qui deviendrait macabre si on se souvenait en la lisant que la propagande nazie décrivait comme des rats les Juifs, dont les dents en or étaient arrachées dans les camps.

Dans ce cas, se dira-t-on, il n’est plus possible de rien dire, si tout est susceptible de vouloir dire autre chose. Ce n’est peut-être pas faux, au moins pour l’histoire récente de la France.

Marcel a déjà monoglosé ici ; sa femme Andrée monoglosera . Puis leurs cinq enfants, Jeanne, Jules, Émile, Léon et Adèle. Ce sera ensuite au tour d’Adrienne, femme de Jules, de Marie, femme d’Émile, et d’Ernestine, femme de Léon.

Marseille, février 2016.

Perplexité 1.

À lire ici en pdf, la Perplexité 1, sous le titre Comprends-tu ?

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflaient une sentence énigmatique, laquelle tomba net en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative (quelque chose comme Ne t’inquiète pas, il / elle a dit ça parce que…).

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, Comprends-tu ?

Marseille, février 2016.

Un univers de SFFF qui se construit peu à peu : Les Quotas, accompagnés.

À lire ici ; dans le même univers que Zhomb Jonas. Ouvre la catégorie « féminismes & LGBT » parce qu’on n’y est pas, disons, genré à la papa 🙂

À lire dans la même veine : L’Implant et Déficient, en pdf toujours.

Dans L’Implant, le terme « immémorial » serait peut-être un choix plus heureux que celui d’ « ancestral ».

Déficient : association d’idées avec la nécessité de « Cohérence Interne » pour les habitants du monde décrit dans Déficient, l’Implant, Zhomb Jonas et ces quelques autres de ces textes classés en SFFF : la présentation de Invitation to a Beheading de Nabokov par Azar Nafisi dans Reading Lolita in Tehran, ma lecture du moment : le roman begins with the announcement that its fragile hero, Cincinnatus C., has been sentenced to death for the crime of “gnostic turpitude”: in a place where all citizens are required to be transparent, he is opaque (p. 22, Londres : Fourth Estate, 2004).

À propos d’ « in-en-vi-sa-gea-ble » dans Déficient : difficile de transcrire les « accents » sans tomber dans la caricature mais jouer sur la cassure du mot (in-en, plutôt que i-nen) peut permettre des effets intéressants. Ici, pour lire le /in/, on est obligé d’adopter un accent « pointu » sur le mot, qui peut permettre, lors d’une lecture à voix haute, de donner le ton pour le reste de la remarque du Maître Gardian.

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflent une sentence énigmatique, qui tombe en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative.

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, à lire ici.

(Et à chacun ses vétilles…)

Marseille, février 2016.

 

Un zombi torturé qui ne craint rien tant que de perdre son vocabulaire…

Zhomb Jonas (en pdf), tueur à gages, zombi plusieurs fois ramené à la « vie », est kidnappé par les membres d’un réseau qui lutte contre l’Intersidérale et a besoin dans son combat de connaissances sur le passé de leur univers commun, connaissances dont l’accès est strictement contrôlé par l’Inter.

Mais son problème à lui, Jonas, c’est que d’une « réactivation » à l’autre, il perd la mémoire, et son vocabulaire. D’autant plus qu’il est contraint d’utiliser la NouvLangue imposée par l’Inter – la NouvLangue, version transparente de notre NovLangue contemporaine, riche en sigles et pauvre en nuances. Aussi Jonas n’a-t-il d’autre occasion d’utiliser les mots de son passé que de les réciter par listes.

Listes de plus en plus dérisoires et artificielles : ce que désignaient ces mots – des fruits, des animaux… – a disparu.

(Je me suis demandé si par cette perte de mémoire progressive, je ne figurais pas l’acculturation nécessaire au passage d’une discipline (l’anglistique) à l’autre (la didactique du plurilinguisme, comprise dans l’ensemble plus vaste des sciences du langage). Peut-être.

Peut-être également une « asthénie mentale », comme disent les médecins, que j’espère passagère.

« Asthénie » qui m’empêche de trouver la force de lire / voir le livre / film Still Alice

Marseille, janvier 2016.