Mieux vaut … bien tard … que jamais

Un blog ouvert au printemps 2015 et depuis, bien des péripéties à ma petite échelle.

De petites Péripéties : du terme, le Dictionnaire Historique de la Langue Française (Le Rey) rappelle l’idée de brutal revirement de fortune, un volte-face.

Tribulations n’est pas mal non plus – serait dérivé de Battre le grain avec une herse pour le séparer de sa balle – ce que je pensais fait au fléau – soit, honte à mon ignorance, l’enveloppe du grain (la balle) – ce que je pensais être l’ivraie ; laquelle est en fait une graminée qui se mélange aux céréales et doit en être séparée afin de ne pas gâter la récolte, ouf, merci Wikipedia, à défaut de racines paysannes (j’en eus, pourtant).

Je serais d’airain que je ne craindrais pas la herse (dont je me demande bien à quoi elle ressemblait, du temps où elle faisait office de fléau…).

Pas d’airain hélas de la chair only, les tribulations-tests&trials m’ont entamé le cuir.

Évidemment il faut éprouver le pécheur, a fortiori la pécheresse.

Ces quelques oiseuses considérations pour introduire un de ces Textes-Source(s) dont ce blog va permettre le recueil.

À lire en pdf : Chèracanon, dans sa version reprise en février 2015 ; une évocation de ces « racines » paysannes – transplantées au bord d’un océan sous forme d’un rocher en pain de sucre haut d’environ deux mètres. Ce rocher est désigné par le nom Chèracanon.

Un jour peut-être seront racontées les tribulations de Chèracanon, comment il a été Trimballé (issu du même groupe latin que Tribulation, nous dit Le Rey) de l’intérieur de terres orientales à un rivage occidental – sous forme de gènes que je transbahute, enrobés de leur balle de culture familiale.

Marseille, 11 janvier 2016.