Monogloses 11 à 20.

Comme une livraison, le journal lancé par le paperboy claque sur le perron, le volet de la boîte à lettres dans la porte d’entrée se balance en grinçant : la suite des Monogloses, par Gontran, Daniel, Amandine et Georges, issus d’Émile et Marie et cousins de Camille comme de Maud, fille de Léon et Ernestine. Puis Fred, Naïma, Carole et Joël, moitiés plus ou moins solidement attachées respectivement à Camille, Gontran, et Georges.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.