Le châle

Finalement il y a là mon châle, draped over the arm of the fauteuil, vieux rose, Mamie, de ce tain poudreux qui donnait à tes joues un froissé de papier de soie, et j’écoute le souffle de la clim. – réversible ! – depuis le divan, en tentant de prendre pour toi la psy assise au chevet de la vieille voûtée cachée sous les châles et traînant son caddie qu’est ma mémoire.

La psy prend des notes, son crayon crisse comme des griffes de chat sur une feuille canson, je me con-centre (centered sur mon con / avec centre y con tigo)

un teint de plâtre rosé, de biscuit de reims détrempé au café

bijou caillou chou genou hibou joujou pou

train tain pour aller te voir les Ricains pain perdu dédain tu n’en manquais pas drain quand je me cassai le nez tantôt

stain pain fain brain main daigne duègne

il y a là mon châle et qu’a-t-il fait pendant mon absence d’une semaine et que fait-il là ?

C un tour de cou, en fait

2 boas de laine enlacés sans queue ni tête

qui trouvent dans les bras l’un de l’autre réconfort alors que je suis lointain

l’ai oublié – tout seul sur l’autre fauteuil et la psy et les autres parlent sans lui prêter attention

oublieux de sa présence couché sur le bras du fauteuil fesses en l’air pour une correction à la cane

caning

(bare your teeth et saute-leur à la gorge !)

seul sur le bras du fauteuil car peu importe les deux brins en double hélice, ou la multitude de mailles : ce être-là est seul.

Je note vos rêves car dans les rêves chaque mot est important

Inunorthodox

Inuit

Injun

de quoi suis-je la première nation ?

tant que je conserverai mon utérus : de mes trois filles – entrailles jetées aux chiens, ma poche marsupiale, si totale il y a, déboussolées, errantes, hagardes, elles iront, à moins d’avoir trouvé d’ici là logis ailleurs – comme moi cette vacuole creusée dans le calcaire de trois filles et d’un homme.

Je cherche sous les hardes de la vieille le chaton noir à qui Papi jetait peut-être le plein des poissons

mais je ne trouve rien, même agonisante sur la chauffeuse la Vieille Mémoire familière aux yeux des villageois qui ne voient pas de ses allers et venues se dérouler le fil de soie qui quadrille les lieux et vibrera à chacun de leurs passages, ténument mais suffisamment pour que vent de leurs déplacements porte jusqu’à ses vibrisses d’antique silure / la vieille ne livre rien.

Toute de bajoues et de barbillons qu’elle a creux comme des pennes – ce que ça contient, ces calames-là !

Squirrelling away secrets of all sorts she gloats over squatting dragon-like blanketing the treasure of my peine and my golden tears

Bredouille, moi

sauf que je me suis souvenue du petit chat noir

Le Petit Noir, paraît-il – comme le café, comme les petits Africains ronds de tête sourire pulpeux les Razibus Zouzou

la boule à z comme le grand-père

il y a là mon châle noir et je ne comprends pas qu’il soit resté à m’attendre silencieux dans l’autre fauteuil, à tricoter

à mon chevet mais à mon regard éperdu rien n’est répondu son regard se tait et compte les mailles

il n’y a donc pas de mots ?

je me souviens du petit chat noir et du même coup de la photo où j’ai quelque chose comme 5 ans et me tiens raide et souriante dans la nasse serrée de mon tricot de mon bonnet et de mes moufles

des boucles blondes qui dépassent et un sourire timide ?

(ma fille toute recrachée par le chat qui n’en veut point de ce poison-là – quel poison que cette gamine ! – ma fille la dernière ; la première est ma sœur ; la deuxième est elle-même, quelle chance !)

de tout mon corps paralysé je tente de rejoindre le châle noir, lui soutirer un regard, un éclair de compréhension – le noir de ce pays où le noir est couleur et la femme de ménage Zorha était-elle portugaise et m’a-t-elle veillée tandis que j’alitais, mutée dans son silence parce qu’il n’y a rien à dire au petit garçon éperdu que les maîtres vous ont laissé à surveiller – Lui s’étant chargé du sur et à ce niveau de réprobation contre le Maître capable de tomber de cette manière sur son petit garçon, la tête d’une honnête femme à qui il est impossible de crier – les Maîtres sont tout-puissants – la tête s’emboue s’encimente et sombre aveugle comme une ancre dans les profondeurs insondables

car c un petit garçon alité

jambes paralysées

souvenir de dessins animés, la candide Heidi cabriolant cabri autour de la demoiselle pâle et riche clouée à son fauteuil, les jambes en forme de pain au lait snugly tightly tucked dans les couvertures

souvenir de domesticité chez la grand-mère, l’autre – je ne retrouve que son visage muré et ce cri alors qu’à la TV est évoquée une affaire d’inceste Mon mari ferait une chose pareille, je le tue !

sa colère sa colère sa colère

Pendant cette séance je me suis tue ou quasi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.