Après Chèracanon, C tjrs ça q ls Boches n’auront ps.

Chèracanon est accessible depuis le billet précédent intitulé « Mieux vaut … bien tard … que jamais ». Ici, une autre pièce, C tjrs ça q ls Boches n’auront ps. Un long cauchemar sur l’enfance brutalisée, je dirais.

À lire en pdf.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.