La femme aux blattes

je suis la femme aux blattes. celles, bien sûr, qui me hiérogryffent la cervelle de leurs chiures de mouches, indélogeables à l’ongle dans les passes encaissées de la matière grise cendre, alors bien sûr ça blesse comme un gravillon dans la chouze, et je me demande bien sûr si le rouge colère qui me monte au coude et renonce aussitôt et s’éteint en croûtes zet peaux petites retroussées en pétales d’iris, en paupières de belladone – il faut trouver à aimer ce corps qui cabre – si ces croûtes qu’excrètent les blattes peut-être, au coude – fin de galerie, point de contact avec le vaste monde, que l’on nudge pour s’y faire une place, à défaut d’y avoir été accueilli avec bonheur

faire son trou

Ô blattes, chiez au coude et qu’on n’en parle plus

aux blattes la femme bien sûr que cherchant des poux à mes enfants je rapporte à mes lèvres de babouin, elles croquent entre mes incisives

foutons la paix aux gosses

si cela était possible

la femme aux blattes à la peau blanche qu’elles fourmillent en tous sens

sourit-elle, hors d’atteinte ?

Ou gorge renversée et yeux à l’avenant dans l’extase ?

la femme aux blattes

iconne

la femme aux blettes

même peau livide, cireuse, sans la jubilation des feuilles

la femme ablette

plate comme une limande

il lui ont vidé les seins – c’est facile – les chérubins aux joues pleines

après (en gros neuf mois) que du ventre bas et des lèvres gonflées

elle ait appelé à pénétranse ;

peut-être

– nous n’avons pas toutes été violées –

pourquoi s’indigner des blattes ?

une araignée au plafond des fourmis dans les jambes des cafards dans le frigo d’autres dans le laveaisselle rapides et nombreuses picotent la peau les aiguilles du froid

bandez mou et c’est une anguille qui défile entre mes jambes sur le carrelage froid

bandez-moi les seins et que le lait retienne son inspiration car le biberon c bien mieux

couvrez moi les sens et je ne saurais voir que sur cette terre folle je déblatte à mille pieds sous une plate roche proche

roche plate proche

plate proche roche

mais ah ah la roche tremble et je finis écrasée quand même

la femme aux blattes bottes sur le bureau se vernissant les ongles

qu’ils grouillent les rampants, frénétiques, douloureux de leur rostre tendu vers l’horizon d’attente

sous le jean enfilé lui dans les bottes

moite ils espèrent

des filles cobalt j’en ai fait trois

trois paires d’yeux de nuances différentes

en l’giron distendu j’aurais aimé qu’elles restent

giron imprenable

citabelle indestructible

je les y couve et les y choie car dehors le monde est dur

bien sûr elles sont sorties


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.