Des plumes colorées pour Aïrinimo le Pâtissant (Aïrinimo 1)

Aïrinimo qui vit sur la banquise, depuis quelque temps ne sait plus quoi faire : de gros oiseaux multicolores ont envahi son glaçon, il ne peut plus dormir.

Plus rien, il ne peut faire : les oiseaux sont trop bruyants. Ils se chamaillent. Ergots, jabots, becs en pinces et lames d’air, plumes arrachées, moignons nus et…

Réconciliation. Des larrons en foire. Les oiseaux se tapent dans le dos en poussant des ricanements de hyènes.

Plus un phoque ; plus un poisson ; plus un pingouin n’ose approcher. Aïrinimo se serre la ceinture.

Il aimerait bien partir.

Il ne peut pas : il est de constitution fragile. C’est pour ça qu’il a mis longtemps avant de trouver son glaçon. Home, sweet home. De longs jours de marche. De chute. Il allait renoncer. Et puis un jour de chance. Le glaçon de ses rêves.

Mais ça, c’était avant l’arrivée des grands jacasseurs.

Depuis, ses pieds ont gonflé, ils sont lourds et terriblement chauds : il fait fondre la glace en marchant, il ne peut pas aller très loin, ça l’épuise, il s’embourbe et glisse.

Il est désespéré, Aïrinimo.

Pourquoi ces grands oiseaux de toutes les couleurs sont-ils venus chez lui ?

C’est un mystère.

*****

Aujourd’hui Aïrinimo abandonne son igloo. Il marche aussi loin qu’il le peut.

Un deux trois quatre cinq six. Sept huit neuf dix. Onze douze treize quatorze quinze seize dix-sept. Diix-huit, diiiix-neuuuf.

Dix-neuf mètres.

C’est déjà ça.

Il se repose une demi-journée.

Reposé, il entreprend de se construire un nouvel igloo. Un plus petit. Le n°2. Du coin de l’oeil, il aperçoit les oiseaux qui planent au-dessus de son igloo abandonné, l’ancien, le n°1. Ignorons-les, pense-t-il.

Mais les oiseaux le surveillent à tour de rôle.

Igloo n°2 est terminé. Aïrinimo s’y glisse. Il ne peut pas y tenir debout, ni allongé de tout son long, mais lové contre la paroi de glace, au creux de toutes ses fourrures, il se sent bien. Très bien, même.

Il pourrait être triste, car il n’est pas sûr de repêcher un jour du poisson.

Mais non, il n’est pas triste. Tant pis, se dit-il.

Là, il est bien ; même ses pieds lui semblent plus au frais, et plus légers.

Les piailleurs crient dehors, leurs pattes grincent en se griffant, leurs becs s’entrechoquent avec un bruit de bois sec, puis ils gloussent, se lancent des noms d’oiseaux, sifflent.

Mais Aïrinimo se sent tellement bien dans son minuscule igloo n°2.

Ou est-ce parce que le bruit est un peu moins fort que d’habitude ?

Aïrinimo s’endort.

Depuis des jours il n’avait pas fermé les yeux.

Il fait noir. Chaud. Ça lui rappelle quand sa mère baignait Aïrinimo dans la vasque en vertèbre de baleine. Aïrinimo flotte. Il sort d’une source souterraine. Il est nu, il est grand, c’est un jeune homme fort qui pose un pied sur le sol de la galerie sombre. Aïrinimo le Pâtissant au corps de brindille qui s’épuise pour un rien, lui, ce jeune colosse ? Qui s’avance dans la galerie de glace, remarque une niche dans la paroi. Dedans, semblable à une graine dans sa cosse, un enfant, emmitouflé dans d’épaisses fourrures ; il dort. Le jeune homme-force-de-la-nature se penche, le regarde attentivement, sourit en remontant la capuche moelleuse autour du visage du dormeur. Dors, dit-il, dors bien, je suis là maintenant.

Je suis là maintenant.

Pendant ce temps, Aïrinimo qui dort et qui rêve dans son minuscule igloo n°2, sourit lui aussi, et étire ses jambes : ça fait reculer un bloc à la base de l’igloo. Pas assez pour qu’Aïrinimo se retrouve les pieds dehors.

Aïrinimo du rêve, le colosse, avance quant à lui sur ses longues cuisses musculeuses. Il est content d’avoir croisé le petit dormeur.

Ravi.

D’excellente humeur.

Tellement heureux qu’il change sa manière de marcher : de petits pas légers, en fredonnant. Pour finir, on dirait qu’il danse. Sous la plante de ses pieds qui tapent en cadence, le sol se met à vibrer, les parois frissonnent, des gouttes d’eau se forment au plafond, elles tombent sur la glace. En faisant plic, ploc, plic ploc. Et plic. Et ploc. Ploc ploc plic plic ploc. Plic. Colossal Aïrinimo sourit de plus belle en entendant cette musique, puis il se met à rire, d’un grand rire de bouche ouverte.

L’écho, enchanté, lui renvoie son rire.

Pendant ce temps, Aïrinimo qui dort et qui rêve dans son minuscule igloo n°2, se tord dans ses fourrures, le rire dans la galerie lui donne envie de gigoter, une plume lui chatouille le nez, il se dit, allons, sois sérieux, mais il a une terrible envie de rigoler, et pour ne pas hurler de rire, dans son sommeil il prend une profonde inspiration et détend complètement ses jambes. De cette manière deux autres blocs à la base de l’igloo sont repoussés vers l’extérieur.

L’air n’entre pas encore, pourtant.

Aïrinimo du rêve, le géant, trouve de son côté une flaque sur son chemin, aussi transparente que du verre. Oh, hop, il saute à pieds joints dedans, lourd, lourd : en se faisant le plus lourd possible pour soulever la plus belle gerbe d’eau. Une pluie de gouttelettes lui retombe dessus. Très vivifiant ! Et parce qu’il vient de se rendre compte qu’il a devant lui tout un chapelet de flaques comme des saucisses de phoque, il prend son élan et plitch et platch et splasch et floc. Et floutch. Et splouitch. L’immense Aïrinimo court et fait jaillir l’eau des flaques l’une après l’autre, des gerbes de notes de musique s’élèvent et retombent, se multiplient… Pour finir c’est une symphonie.

Il y a de la lumière au bout du tunnel. Le géant s’ébroue en sortant de la dernière flaque.

Son visage se fige en un masque de sérieux.

Avançons prudemment pour ne pas se blesser les yeux à la lumière. La galerie se rétrécit, avançons à quatre pattes. Le bout de la galerie : il y a de l’eau dehors, profonde. Tâtons la paroi à l’extérieur : est-ce un tube ?

Aïrinimo du rêve se hisse à l’extérieur et se retrouve à califourchon sur ce qui ressemble fort à une entrée d’igloo. Devant lui, l’eau. Derrière, un dôme de glace. Un gigantesque igloo. Hilarant !!

C’est quoi ce qui flotte, là, devant l’entrée de l’igloo ?

Une plume, jaune, rouge et rose. Je l’attrape par la queue, je la montre à ce monsieur, le monsieur rigole, moi aussi et je m’endors, la plumette entre les dents.

Pendant ce temps, Aïrinimo qui dort et ne rêve plus dans son minuscule igloo n°2, s’agite de plus belle, papillon dans son cocon il roule sur le ventre, s’étire de toutes ses forces, bras et jambes, et là… voilà que l’igloo n°2est troué. Il n’est pas tout à fait réveillé, il rit dans sa fin de sommeil, il se contorsionne pour se lever, crac, l’igloo s’arrache du sol et le voilà debout, igloo sur le dos.

Des éclats de rires. Ce sont les oiseaux, civilement posés en rang d’oignons sur l’igloo n°1 abandonné aux araignées. Aïrinimo bâille, la bouche et les oreilles pleines de sommeil nuageux. Aïrinimo, l’igloo sur le dos, ressemble à une tortue.  Quelques pas maladroits. Les tortues ne sont pas faites pour avancer sur deux pattes.

Les oiseaux rient, mais rient !!! A gorge déployée !

Le soleil haut dans le ciel fait étinceler la glace et la carapace d’Aïrinimo, un trait de lumière se glisse au coin de sa paupière, un dernier bâillement à décrocher une mâchoire d’orignal mâchonnant et Aïrinimo, titubant, sort de son sommeil. Son équilibre est précaire, sa carapace l’emporte un coup vers l’arrière, ouh, un coup vers l’avant, ouh, il se rétablit : alors qu’il va tomber sur la glace tête la première, une flaque qui se trouvait là par hasard renvoie à Aïrinimo son image de tortue.

Aïrinimo tombe. Éclate de rire. Tombe. Éclate de rire.

Et tandis qu’il tombe et rit.

La belle carapace blanche se fendille. On dirait une croûte. Ses bras se tendent devant Aïrinimo pour lui éviter de se casser le nez. La carapace vole en mille petits morceaux.

Aïrinimo se redresse. Un peu courbatu. Mais en pleine forme. Par habitude, il commence à rassembler les menus éclats de glace, ils fondront dans la marmite pour la soupe au manchot.

*****

C’est quoi, ce silence ?

*****

Les oiseaux des tropiques ont disparu.

Aïrinimo s’approche d’igloo n°1. Et s’étonne : comme je suis léger.

Sur l’igloo, sont plantées des plumes de toutes les couleurs. On dirait le grand chef indien sur la photographie envoyée par sa cousine préférée qui vit aux Amériques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.