À propos de : « S’il se passe quelque chose » (CQFD nov 2017) croisé avec « Les bourses ou la vie » (CQFD mars 2017) :

Si les hommes se taisent, c’est qu’ils n’ont pas le temps.

Dans le cas où vous êtes abonné.e.s à CQFD, je serais curieuse de savoir comment vous en êtes venu.e.s à le prendre, vous, votre abonnement.

Moi, c’est de guerre lasse.

Je m’explique : mon compagnon, lecteur régulier du Chien Rouge, aimait le prendre lors de son petit marché auprès de son vendeur à la criée favori, un copain qui vous persuaderait1 de lui acheter les prothèses de hanches d’Usain Bolt.

Mais voilà qu’un jour récent, tandis que notre copain revient à la louable charge pour qu’on s’abonne, je réponds le rituel : – Mais tu sais bien que mon chéri préfère te l’acheter au marché.

Le copain : – Il n’a plus le temps de venir, au marché.

Moi : – Merde, c’est vrai… Bon, je peux te faire un chèque pour régler l’abonnement ?

Pourquoi je vous raconte cette anecdote captivante ?

Parce que je viens (novembre 2017) de fêter l’abonnement consenti2 en lisant Queen Kong : S’il se passe quelque chose3.

Où la consoeur4 Marie Hermann entame sa conclusion5 avec :

Et nous sommes fatiguées.

Oh oui putain, oh oui consoeur, tu dis vrai, je me sens extrêmement fatiguée !

(Ou vidée, ou lessivée, faites votre choix.)

La conclusion est précédée de : « il n’existe aucun refuge, aucune paix : nous sommes toujours acculées à la guerre – ou à la capitulation ».

Bon moi, perso, vous savez quoi, j’ai capitulé : j’opine6 du bonnet, je signe les chèques et je la boucle. Tranquille.

Oui, je suis de guerre trop lasse.

Au fait, lasse serait la persistance de l’ancienne prononciation du masculin las (https://fr.wiktionary.org/wiki/de_guerre_lasse) ! Moi qui croyais que la langue dans son génie nous rappelait qu’aux femmes chaque matin la tâche de se lever du pied de guerre, et de s’y user à petit feu…

À moins comme dit Marie de capituler.

De déposer les armes.

Ou de quitter le champ de bataille.

C’est bien, ça, abandonner le terrain. Avant de lire ce billet triste et doux de Marie Hermann, j’avais un pied dehors.

Mais pas assez pour ne pas lire le billet.

Et pas assez pour ne pas poursuivre avec « Paroles de femmes, silences d’hommes » de Maïa Mazaurette auquel renvoie Marie7. Un moment d’inattention et voilà, ça arrive : j’avais rentré mon pied, je ne fuyais plus.

Manquait plus que ça.

En attendant, vous allez rire, mais à 50 ans imminents, je crois que c’est ce qui m’a le plus fatiguée, lassée et écoeurée : le silence de nos hommes.

À 50 ans imminents : lisez, avec mon bagage ordinaire de mains au corps, d’insultes, à moi ou à la déjà femme de mes filles, avec mes casseroles pleines de « tourne-toi, pour bander il faut que je te domine » ou de « mais je ne vais pas me faire couper les couilles pour toi » (à propos de la vasectomie, on en parlera plus bas, histoire de continuer à rire), avec mon vécu varié des formes de violences insidieuses – oh pas les coups, non pas les cris, parce que ça se voit et que ça s’entend, mais les formes discrètes, policées, de la loi du plus fort dont souvent même le plus fort n’a pas conscience, c’est d’ailleurs ce qui les rendent si efficaces, ces formes de coercition invisibles…

Oui, femme d’un demi-siècle qui ai vu les loups et aime vivre avec, qui ai roulé mes bosses, c’est ce qui a eu le plus raison de ma résistance : le silence de nos hommes qui « s’offusquent du comportement des « porcs » sans jamais se regarder eux-mêmes », merci Marie.

Nos hommes dont le regard s’affole quand il s’agit de se « regarder eux-mêmes ».

Qui ont le silence sélectif.

Ne disent que la moitié des choses.

Comme dans « Les bourses ou la vie »8 de Christophe Goby dans le même Chien Rouge, tiens, numéro de mars 2017.

Bon, je ne commenterai pas la possible misogynie inconsciente de « pour que vous gloussiez comme des dindes » et « la dame de 59 ans du Planning familial », ni les bien différents « genre alpiniste » et « attirail de guerrier », mais avant de quitter définitivement le champ de bataille, mes armes abandonnées au pied des vainqueurs, j’aimerais compléter les semi-vérités les plus criantes de cet article.

Et après je la boucle, j’opine du bonnet et je signe le prochain chèque d’abonnement, c’est promis.

Semi-vérités, j’ai dit ?

Donnons un exemple : à propos d’Aurélien qui dit s’être « fait couper les choses ».

C’est moi ou ça a dû en détourner pas mal, de nos hommes (et de mes consoeurs9), de la vasectomie ?

C’est moi ou même en lisant, noir sur blanc, que les « choses » en question sont les canaux déférents, on ne peut s’empêcher frissonner d’effroi quand même, oh, bien loin bien profond bien obscurément, parce que, qui sait, un bistouri qui dérape, et voilà qu’on leur coupe … les couilles ?

C’est moi ou en sous-titrant le graphique avec Stérilisation, on laisse involontairement entendre qu’il s’agit d’une stérilisation définitive ?10

C’est moi ou l’article donne à penser que la différence entre vasectomie pour nos hommes et ligature des trompes pour mes consoeurs est principalement financière, et omet de préciser que la vasectomie prend 10 mns chez le médecin quand la ligature se fait à l’hôpital et soit sous anesthésie générale soit par pose d’implant qui va mettre trois mois à provoquer une fibrose11 des trompes ? Toute ligature des trompes étant parfaitement irréversible.

C’est moi ou écrire « pour le collectif, les méthodes de contraception masculines ne sont pas meilleures que celles pour les femmes » oublie, aussitôt et bizarrement vu qu’on vient d’en parler, la vasectomie. Et exclut les femmes de ce collectif, parce que, honnêtement, entre quatre yeux, vous en connaissez beaucoup, vous, de femmes qui n’ont pas saigné comme des gorets (implant au cuivre), eu des migraines, pris du poids, flippé parce que ce qu’elles utilisent intervient sur leurs hormones (pilules, implants divers) etc. etc. ?

Et que, finalement puisqu’on en parle enfin, peut-être que la vasectomie, les slips chauffants et les remonte-couilles, ça pourrait paraître à certain.es, « pour le collectif », de meilleures méthodes que celles proposées aux femmes ?

C’est re-moi ou écrire « la mentalité est bien, encore, à la procréation » est une manière involontaire de ne pas écrire : « la mentalité est bien, encore : la contraception, c’est aux femmes de s’en débrouiller »12.

Je sais, je sais, on ne peut pas écrire tout ça, ça prendrait trop de place.

On ne peut pas tout dire, ça prendrait trop de temps.

Finalement, peut-être est-ce pour ça que nos hommes se taisent, non ?

Tout simplement.

Vous voyez, je vous l’avais annoncé : j’ai capitulé. Je suis parfaitement disposée à croire que nos hommes se taisent parce qu’ils n’ont pas le temps.

Je mets quel ordre, pour les prothèses de hanche d’Usain Bolt ?

MLS, une lectrice

1Quand je peux, j’évite le mot convaincre : j’entends vaincre un con … et j’appris au lointain collège que ça désignait la partie visible de mes organes génitaux. Con-tournons le mot, on n’est jamais trop prudente.

2On fait un jeu : vous proposez votre propre commentaire de celui-là.

3CQFD novembre 2017.

4Je ne la connais pas mais on est sœurs par le con, ça me va, je le garde, ce mot-là. Détail plaisant : consoeur désigne aussi une prostituée (http://www.cnrtl.fr/definition/consoeur). Vous pouvez chercher, vous ne trouverez pas d’équivalent à confrère. Décidément qu’est-ce qu’on rigole…

5Ce qui vaut toujours mieux qu’une exclusion ou une forclusion, n’est-ce pas ?

6Joli, celui-là aussi : j’oh m’extasie et me prosterne devant la toute-puissante ô pine… Le féminin est opinel.

7En note 3.

8Hum.

9Alors que je relis ce billet, une anecdote me revient : suite à un accouchement, mon troisième, à la pourtant réputée féministe clinique de Pertuis (Vaucluse), la sage-femme en chef nous parle, comme c’est l’usage, de contraception. Elle ne mentionne pas la vasectomie. Je le lui fais remarquer. Réaction immédiate : « mais c’est une démarche radicale ! ». J’étais déjà trop fatiguée pour lui faire remarquer qu’elle ne s’était pas exclamée la même chose à propos de la ligature des trompes. J’en ai connu une, de ligaturée : elle m’a expliqué qu’elle ne souhaitait pas la vasectomie pour son compagnon, au cas où il voudrait refaire sa vie et de nouveau avoir des enfants. Un couple dans la quarantaine.

10C’est faux : l’opération est réversible, même si l’opération de rétablissement de la circulation des spermatozoïdes n’est garantie qu’à 50 %. Allez lire http://vasectomie.net/la-vasectomie/quest-ce-que-la-vasectomie/

11Fibrose, nécrose, névrose, décidément nous sommes bien peu de choses.

12Moi je sais pourquoi, un de mes hommes me l’a patiemment mansplainé : « le corps des femmes n’est pas prévu pour être fertile tout le temps ; le corps des hommes, si ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.