Un univers de SFFF qui se construit peu à peu : Les Quotas, accompagnés.

À lire ici ; dans le même univers que Zhomb Jonas. Ouvre la catégorie « féminismes & LGBT » parce qu’on n’y est pas, disons, genré à la papa 🙂

À lire dans la même veine : L’Implant et Déficient, en pdf toujours.

Dans L’Implant, le terme « immémorial » serait peut-être un choix plus heureux que celui d’ « ancestral ».

Déficient : association d’idées avec la nécessité de « Cohérence Interne » pour les habitants du monde décrit dans Déficient, l’Implant, Zhomb Jonas et ces quelques autres de ces textes classés en SFFF : la présentation de Invitation to a Beheading de Nabokov par Azar Nafisi dans Reading Lolita in Tehran, ma lecture du moment : le roman begins with the announcement that its fragile hero, Cincinnatus C., has been sentenced to death for the crime of “gnostic turpitude”: in a place where all citizens are required to be transparent, he is opaque (p. 22, Londres : Fourth Estate, 2004).

À propos d’ « in-en-vi-sa-gea-ble » dans Déficient : difficile de transcrire les « accents » sans tomber dans la caricature mais jouer sur la cassure du mot (in-en, plutôt que i-nen) peut permettre des effets intéressants. Ici, pour lire le /in/, on est obligé d’adopter un accent « pointu » sur le mot, qui peut permettre, lors d’une lecture à voix haute, de donner le ton pour le reste de la remarque du Maître Gardian.

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflent une sentence énigmatique, qui tombe en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative.

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, à lire ici.

(Et à chacun ses vétilles…)

Marseille, février 2016.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.