Présentation des Monogloses solipsistiques + Monog.1.

Une famille où rien ne se dit, à part l’accessoire. Cette famille se trouve par conséquent sans histoire, sans histoire qu’elle puisse considérer comme la sienne : une histoire commune, partagée, ça s’élabore, au fil des ans, à partir d’un texte central peut-être, transmis et complété, parfois repris et amendé. Si versions divergentes il y a, certain.e.s les racontent quand même, peut-être même sont-elles débattues.

Et dans les familles où rien n’est transmis, ça se passe comment ? Peut-être se trouve-t-il toujours, dans ces familles-là, un adulte resté enfant, un enfant mal grandi, qui en invente, des histoires, parce qu’il aurait bien aimé, consciemment ou pas, qu’on la lui raconte, l’histoire de sa famille.

Pour une de ces familles-là, la famille imaginaire des Rops, ont été « inventées » des bribes de paroles, les Monogloses.

Monogloses : monologues + gloses. Et Solipsistique pour enfoncer le clou et en mettre plein la bouche – le bâillon, le coton qui empêche de parler.

Car l’explication est probablement simple : dans ces familles-là on se tait parce qu’on est bâillonné.

D’où le titre complet : Les Dénommés Rops, monogloses solipsistiques.

Il est en effet extrêmement difficile de se taire tout le temps. On finit par parler tout seul, à un destinataire invisible, dont accessoirement nous pouvons remplir la fonction, nous les lecteurs inaudibles.

Ouvre le bal Marcel, avec sa Monog.1, à lire en pdf ici.

Marseille, février 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.