Monogloses 2 à 10.

Un jour vient la mort. Les morts n’ont pas de raison de se taire puisque les vivants ne les entendent pas.

Le nom de la famille des Monogloses, les Rops, est emprunté à Daniel-Rops, auteur de Mort, où est ta victoire, déniché dans la bibliothèque familiale. Je suis pratiquement certaine de ne pas avoir lu ce livre, attirée simplement par le titre frappant. Je me souviens en revanche que j’avais seize ou dix-sept ans. Presque trente ans plus tard, j’ai lu le résumé sur Internet (et le fait que la famille de Daniel-Rops s’appelait Petiot).

Chez les Rops, certains, notamment Anatole, et son frère Marcel, n’ont, comme on le dit familièrement, « rien compris à ce qui leur arrivait ». Leur père, négociant bordelais vivant quelque part dans une plantation d’ouvrières noires sur lesquelles il régnait en maître, a décidé un jour de se débarrasser de sa femme et de ses deux fils, les déposant en France, où les enfants n’avaient jamais mis les pieds, avant de retourner là où il s’estimait réellement chez lui.

On peut imaginer que n‘ayant « rien compris à ce qui leur arrivait », les fils ont ressassé, analysé et interprété, d’où le terme de glose. La glose n’est pas une répétition / interprétation à l’identique. De la même manière, les Monogloses se veulent à la fois statiques, ou du moins intemporelles – on pourrait les trouver dans la bouche de leur locuteur à n’importe quel moment de leur vie ou de leur mort – et dynamiques – il se passe toujours un petit quelque chose qui ancre le récit dans un maintenant. Et à la fin de chaque Monoglose, on attend la suite, ou on peut se mettre à l’imaginer.

Les Rops forment une famille par le sang ou par alliance. Mais qu’est-ce qui forme leur culture commune ? Peut-être cette manière qu’ils ont de dire les choses par métaphore, ou analogie, de façon biaisée : un code, doublé ou pas de lapsus. Je soupçonne, pour donner un exemple, que le texte plutôt guilleret de Zoé qui vient de trouver un godemiché doré sous son oreiller, et file la métaphore de la babiole apportée par la petite souris en échange d’une dent de lait, est une plaisanterie bon enfant qui deviendrait macabre si on se souvenait en la lisant que la propagande nazie décrivait comme des rats les Juifs, dont les dents en or étaient arrachées dans les camps.

Dans ce cas, se dira-t-on, il n’est plus possible de rien dire, si tout est susceptible de vouloir dire autre chose. Ce n’est peut-être pas faux, au moins pour l’histoire récente de la France.

Marcel a déjà monoglosé ici ; sa femme Andrée monoglosera . Puis leurs cinq enfants, Jeanne, Jules, Émile, Léon et Adèle. Ce sera ensuite au tour d’Adrienne, femme de Jules, de Marie, femme d’Émile, et d’Ernestine, femme de Léon.

Marseille, février 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.