La descendance de Marcel et Andrée : on s’arrête là.

Quatre arrière-petites-filles : Anaëlle, ou Anaté ou Montaine, encore à naître, de Fred et Camille ; Mélanie et Zoé, filles de Gontran et Naïma ; Maeva, fille de Georges et Carole.

(Question que je me pose : aurait-il fallu parler d’autodafé pour la grand-mère, dans la monoglose de Zoé ?)

À propos de la monoglose de Maeva : mes textes s’agglomèrent bord à bord, formant une crépine veinée ; la monoglose de Maeva est également insérée dans Ananas et Roroto.

Succéderont à leurs monogloses celles de la descendance légitime d’Anatole et Odile, et illégitime d’Anatole et Solange.

Marseille, février 2016.

Monog 22 : version prose / version poème.

Monog. 22 : un texte à étages, comme certaines pâtisseries : je relis, février 2016, le texte de présentation écrit en février 2013 pour accompagner le « poème » issu, toujours en février 2013, de la Monoglose beaucoup plus ancienne de Mélanie, fille de Gontran et Naïma. Cette Monoglose est lisible en pdf ici ; le « poème » ultérieur, .

Le texte de février 2013, donc :

First poem ever… that is, if my memory serves me right. Écrit comme je fais depuis deux ans mes traductions : en colonnes, le texte original à gauche, la traduction à droite. Avant, c’était paragraphes dessus (anglais) dessous (français), empilements de bêtes à deux dos, sandwiches de cloportes.

Poem1 : le texte original est un texte de prose écrit il y a des années. Parmi mes rares lecteurs, un avis unanime : tu devrais essayer d’envoyer tes textes à une revue de poésie. Mais la poésie, ce n’est pas pour moi, si ? Et puis je n’en lis pas. J’ai lu qu’il faut en lire pour en écrire.

Poem1 est un texte de prose simplement dégraissé, parce que comme des gouttes d’eau de ma peau je veux faire tomber les étudiants, parce que j’ai envie de perdre plusieurs kilos aussi, jusqu’à la maigreur que je ne connais pas (how does it feel to be lean ?), parce qu’il y a encore un scandale alimentaire – du cheval vendu comme du bœuf, fév2013 – qu’un collègue important pratique le jeûne, parce que j’ai croisé un plus jeune qui le fait également, parce qu’il fait de la montagne et que quand il évoque chaussures et Vercors, je maigris de presque quinze ans et me revois randonnant dans le Parc des Encantats et que dire qu’on n’aime plus les gens qu’on a aimés, je ne comprends pas ce que c’est, comme la poésie. Et les autres parce que, qui glissent dans le sablier de l’oubli.

Maigre au point de n’avoir que la peau sur les os ; des œufs au plat in lieu de seins. (Mais c’est bon les œufs au plat, avec des baked beans, du pain grillé et du fromage fondu dessus ! Ah, misère, la route est longue…

(Moment étrange : je prévois d’arrêter d’enseigner-chercher mais attirée par les années passées, j’ai fort envie aussi de me remettre aux maths et à l’allemand…)

On lira donc, si ce n’est pas déjà fait, ce Poem1 ici.

Monogloses 11 à 20.

Comme une livraison, le journal lancé par le paperboy claque sur le perron, le volet de la boîte à lettres dans la porte d’entrée se balance en grinçant : la suite des Monogloses, par Gontran, Daniel, Amandine et Georges, issus d’Émile et Marie et cousins de Camille comme de Maud, fille de Léon et Ernestine. Puis Fred, Naïma, Carole et Joël, moitiés plus ou moins solidement attachées respectivement à Camille, Gontran, et Georges.

Parmi les choix de lecture : Féminismes et LGBT.

Les catégories données en colonne de gauche ont pour seule ambition d’aider le lecteur dans son choix.

Féminismes & LGBT : rentrent peut-être plus que d’autres dans cette catégorie, et parmi les Monogloses, celles d’Andrée, d’Adèle, d’Adrienne, de Camille, Georges, Maud, Fred, Naïma et Joël.

On ajoutera éventuellement Anaëlle (ou Anaté, ou Montaine), et Zoé, fille de Gontran et Naïma, comme Mélanie.

Monogloses 2 à 10.

Un jour vient la mort. Les morts n’ont pas de raison de se taire puisque les vivants ne les entendent pas.

Le nom de la famille des Monogloses, les Rops, est emprunté à Daniel-Rops, auteur de Mort, où est ta victoire, déniché dans la bibliothèque familiale. Je suis pratiquement certaine de ne pas avoir lu ce livre, attirée simplement par le titre frappant. Je me souviens en revanche que j’avais seize ou dix-sept ans. Presque trente ans plus tard, j’ai lu le résumé sur Internet (et le fait que la famille de Daniel-Rops s’appelait Petiot).

Chez les Rops, certains, notamment Anatole, et son frère Marcel, n’ont, comme on le dit familièrement, « rien compris à ce qui leur arrivait ». Leur père, négociant bordelais vivant quelque part dans une plantation d’ouvrières noires sur lesquelles il régnait en maître, a décidé un jour de se débarrasser de sa femme et de ses deux fils, les déposant en France, où les enfants n’avaient jamais mis les pieds, avant de retourner là où il s’estimait réellement chez lui.

On peut imaginer que n‘ayant « rien compris à ce qui leur arrivait », les fils ont ressassé, analysé et interprété, d’où le terme de glose. La glose n’est pas une répétition / interprétation à l’identique. De la même manière, les Monogloses se veulent à la fois statiques, ou du moins intemporelles – on pourrait les trouver dans la bouche de leur locuteur à n’importe quel moment de leur vie ou de leur mort – et dynamiques – il se passe toujours un petit quelque chose qui ancre le récit dans un maintenant. Et à la fin de chaque Monoglose, on attend la suite, ou on peut se mettre à l’imaginer.

Les Rops forment une famille par le sang ou par alliance. Mais qu’est-ce qui forme leur culture commune ? Peut-être cette manière qu’ils ont de dire les choses par métaphore, ou analogie, de façon biaisée : un code, doublé ou pas de lapsus. Je soupçonne, pour donner un exemple, que le texte plutôt guilleret de Zoé qui vient de trouver un godemiché doré sous son oreiller, et file la métaphore de la babiole apportée par la petite souris en échange d’une dent de lait, est une plaisanterie bon enfant qui deviendrait macabre si on se souvenait en la lisant que la propagande nazie décrivait comme des rats les Juifs, dont les dents en or étaient arrachées dans les camps.

Dans ce cas, se dira-t-on, il n’est plus possible de rien dire, si tout est susceptible de vouloir dire autre chose. Ce n’est peut-être pas faux, au moins pour l’histoire récente de la France.

Marcel a déjà monoglosé ici ; sa femme Andrée monoglosera . Puis leurs cinq enfants, Jeanne, Jules, Émile, Léon et Adèle. Ce sera ensuite au tour d’Adrienne, femme de Jules, de Marie, femme d’Émile, et d’Ernestine, femme de Léon.

Marseille, février 2016.

Présentation des Monogloses solipsistiques + Monog.1.

Une famille où rien ne se dit, à part l’accessoire. Cette famille se trouve par conséquent sans histoire, sans histoire qu’elle puisse considérer comme la sienne : une histoire commune, partagée, ça s’élabore, au fil des ans, à partir d’un texte central peut-être, transmis et complété, parfois repris et amendé. Si versions divergentes il y a, certain.e.s les racontent quand même, peut-être même sont-elles débattues.

Et dans les familles où rien n’est transmis, ça se passe comment ? Peut-être se trouve-t-il toujours, dans ces familles-là, un adulte resté enfant, un enfant mal grandi, qui en invente, des histoires, parce qu’il aurait bien aimé, consciemment ou pas, qu’on la lui raconte, l’histoire de sa famille.

Pour une de ces familles-là, la famille imaginaire des Rops, ont été « inventées » des bribes de paroles, les Monogloses.

Monogloses : monologues + gloses. Et Solipsistique pour enfoncer le clou et en mettre plein la bouche – le bâillon, le coton qui empêche de parler.

Car l’explication est probablement simple : dans ces familles-là on se tait parce qu’on est bâillonné.

D’où le titre complet : Les Dénommés Rops, monogloses solipsistiques.

Il est en effet extrêmement difficile de se taire tout le temps. On finit par parler tout seul, à un destinataire invisible, dont accessoirement nous pouvons remplir la fonction, nous les lecteurs inaudibles.

Ouvre le bal Marcel, avec sa Monog.1, à lire en pdf ici.

Marseille, février 2016.

Perplexité 1.

À lire ici en pdf, la Perplexité 1, sous le titre Comprends-tu ?

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflaient une sentence énigmatique, laquelle tomba net en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative (quelque chose comme Ne t’inquiète pas, il / elle a dit ça parce que…).

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, Comprends-tu ?

Marseille, février 2016.

Un univers de SFFF qui se construit peu à peu : Les Quotas, accompagnés.

À lire ici ; dans le même univers que Zhomb Jonas. Ouvre la catégorie « féminismes & LGBT » parce qu’on n’y est pas, disons, genré à la papa 🙂

À lire dans la même veine : L’Implant et Déficient, en pdf toujours.

Dans L’Implant, le terme « immémorial » serait peut-être un choix plus heureux que celui d’ « ancestral ».

Déficient : association d’idées avec la nécessité de « Cohérence Interne » pour les habitants du monde décrit dans Déficient, l’Implant, Zhomb Jonas et ces quelques autres de ces textes classés en SFFF : la présentation de Invitation to a Beheading de Nabokov par Azar Nafisi dans Reading Lolita in Tehran, ma lecture du moment : le roman begins with the announcement that its fragile hero, Cincinnatus C., has been sentenced to death for the crime of “gnostic turpitude”: in a place where all citizens are required to be transparent, he is opaque (p. 22, Londres : Fourth Estate, 2004).

À propos d’ « in-en-vi-sa-gea-ble » dans Déficient : difficile de transcrire les « accents » sans tomber dans la caricature mais jouer sur la cassure du mot (in-en, plutôt que i-nen) peut permettre des effets intéressants. Ici, pour lire le /in/, on est obligé d’adopter un accent « pointu » sur le mot, qui peut permettre, lors d’une lecture à voix haute, de donner le ton pour le reste de la remarque du Maître Gardian.

À d’autres que moi la cohérence : si au moins je pouvais prétendre à la cohésion ! Il y a toutes ces voix qui tintechamarrent en moi, marmaille qui piaille, au mieux ; au pire, adultes entre les dents desquels sifflent une sentence énigmatique, qui tombe en mon puits, faute d’avoir été retenue par quelque grille explicative.

Et je ne sais pas ce qui est le pire : le souvenir de ces indices obscurs – car, c’est peut-être la seule certitude possible, les enfants étaient pris à témoin – ou les images qui persistent, ou les sensations imprimées qu’un souffle ravive.

Expérience, avec le chat : souffler en différents points de sa fourrure : il cherche, sur la bouche et autour, ce qui provoque cette fraîcheur sur son poil.

Il cherche et ne semble pas comprendre.

Les phrases, les images, les sensations sont restées. Et je n’ai toujours pas compris grand-chose.

Malgré cela, on m’a souvent posé la question : Comprends-tu ?

Une perplexité parmi d’autres, à lire ici.

(Et à chacun ses vétilles…)

Marseille, février 2016.

 

Les étonnantes aventures des reines Rototo et Ananas.

Entre autres matières, j’enseigne la traduction de l’anglais vers le français de textes tirés d’ouvrages dits pour les enfants, albums comme romans.

Pour mes enfants comme pour mes étudiant.e.s (et pour moi donc !), de cette littérature je lis beaucoup.

Comme d’autres sont longs à la comprenette, j’ai l’imaginette un peu triste – ou d’un humour noir qui ne fait pas rire grand monde. Écrire « pour » les enfants me sort de ces accès de morosité … peut-être parce que les enfants éveillent ce que j’ai de plus joyeux et de plus fantaisiste.

Tout cela dans la marmite : un roman en chantier, que m’ont inspiré ma fille n°2 et l’une de ses amies, dont les 50ières pages sont à lire ici (en pdf).

Marseille, janvier 2016.

Un zombi torturé qui ne craint rien tant que de perdre son vocabulaire…

Zhomb Jonas (en pdf), tueur à gages, zombi plusieurs fois ramené à la « vie », est kidnappé par les membres d’un réseau qui lutte contre l’Intersidérale et a besoin dans son combat de connaissances sur le passé de leur univers commun, connaissances dont l’accès est strictement contrôlé par l’Inter.

Mais son problème à lui, Jonas, c’est que d’une « réactivation » à l’autre, il perd la mémoire, et son vocabulaire. D’autant plus qu’il est contraint d’utiliser la NouvLangue imposée par l’Inter – la NouvLangue, version transparente de notre NovLangue contemporaine, riche en sigles et pauvre en nuances. Aussi Jonas n’a-t-il d’autre occasion d’utiliser les mots de son passé que de les réciter par listes.

Listes de plus en plus dérisoires et artificielles : ce que désignaient ces mots – des fruits, des animaux… – a disparu.

(Je me suis demandé si par cette perte de mémoire progressive, je ne figurais pas l’acculturation nécessaire au passage d’une discipline (l’anglistique) à l’autre (la didactique du plurilinguisme, comprise dans l’ensemble plus vaste des sciences du langage). Peut-être.

Peut-être également une « asthénie mentale », comme disent les médecins, que j’espère passagère.

« Asthénie » qui m’empêche de trouver la force de lire / voir le livre / film Still Alice

Marseille, janvier 2016.

Mieux vaut … bien tard … que jamais

Un blog ouvert au printemps 2015 et depuis, bien des péripéties à ma petite échelle.

De petites Péripéties : du terme, le Dictionnaire Historique de la Langue Française (Le Rey) rappelle l’idée de brutal revirement de fortune, un volte-face.

Tribulations n’est pas mal non plus – serait dérivé de Battre le grain avec une herse pour le séparer de sa balle – ce que je pensais fait au fléau – soit, honte à mon ignorance, l’enveloppe du grain (la balle) – ce que je pensais être l’ivraie ; laquelle est en fait une graminée qui se mélange aux céréales et doit en être séparée afin de ne pas gâter la récolte, ouf, merci Wikipedia, à défaut de racines paysannes (j’en eus, pourtant).

Je serais d’airain que je ne craindrais pas la herse (dont je me demande bien à quoi elle ressemblait, du temps où elle faisait office de fléau…).

Pas d’airain hélas de la chair only, les tribulations-tests&trials m’ont entamé le cuir.

Évidemment il faut éprouver le pécheur, a fortiori la pécheresse.

Ces quelques oiseuses considérations pour introduire un de ces Textes-Source(s) dont ce blog va permettre le recueil.

À lire en pdf : Chèracanon, dans sa version reprise en février 2015 ; une évocation de ces « racines » paysannes – transplantées au bord d’un océan sous forme d’un rocher en pain de sucre haut d’environ deux mètres. Ce rocher est désigné par le nom Chèracanon.

Un jour peut-être seront racontées les tribulations de Chèracanon, comment il a été Trimballé (issu du même groupe latin que Tribulation, nous dit Le Rey) de l’intérieur de terres orientales à un rivage occidental – sous forme de gènes que je transbahute, enrobés de leur balle de culture familiale.

Marseille, 11 janvier 2016.

L’auto-entretien infini

Ce carnet a pour objet de donner à lire les textes, de ma patte, inédits, où s’alimentent pour partie ma réflexion théorique en tant que chercheure en didactiques du plurilinguisme (or whatever you call helping your students to write creatively in more than one language) et mes propositions d’écriture en tant qu’animatrice d’ateliers universitaires d’écriture plurilingue ; ainsi que les textes que ma pratique d’enseignante-chercheure et d’animatrice alimente.

En allers-retours, donc, ou plutôt circulations en tous sens : le titre, d’Auto-entretien infini, certes inspiré de Blanchot, annonce simplement ça : que circule la mangeaille qui fait tourner le petit moteur désirant.

(Cf. dans la chanson de Steve Waring : Éloignez-vous, je suis l’Ogresse / Je mange le fer, je mange la graisse / J’ai un appétit fou, éloignez-vous ! / Je mange tout, tout, tout ! / HA ! HA ! Que tout est bon ! Que tout est bon bon bon bon bon bon bon / Que tout est bon bon bon bon bon…)

Ce carnet est mon lieu d'[ekrivε] ; d’écriture de textes de toutes natures.

Je l’ouvre maintenant – printemps 2015 – parce que tout ne peut pas figurer dans mon dossier d’HDR en voie d’achèvement, mais que pour rendre compte de presque vingt-cinq ans d’écriture, d’enseignement et de recherche (par ordre alpha) et de bientôt dix ans d’animation d’ateliers d’écriture, il me faut pouvoir renvoyer à ces textes.

Je lis l’ambition, le désir qui animent ce blog, dans les mots de Barthes :

C’est […] au moment où la recherche parvient à lier son objet à son discours et à déproprier notre savoir par la lumière qu’elle porte sur des objets mieux qu’inconnus : inattendus, c’est à ce moment-là qu’elle devient une véritable interlocution, un travail pour les autres, en un mot, une production sociale.1

La suite ? Que sera, sera.

1 Barthes, R. (1984). Le bruissement de la langue ; essais critiques IV. Paris : Seuil, p. 110.

 

Marseille, avril 2015, augmenté du § sur Barthes en février 2016.