L’auto-entretien infini

Ce carnet a pour objet de donner à lire les textes, de ma patte, inédits, où s’alimentent pour partie ma réflexion théorique en tant que chercheure en didactiques du plurilinguisme (or whatever you call helping your students to write creatively in more than one language) et mes propositions d’écriture en tant qu’animatrice d’ateliers universitaires d’écriture plurilingue ; ainsi que les textes que ma pratique d’enseignante-chercheure et d’animatrice alimente.

En allers-retours, donc, ou plutôt circulations en tous sens : le titre, d’Auto-entretien infini, certes inspiré de Blanchot, annonce simplement ça : que circule la mangeaille qui fait tourner le petit moteur désirant.

(Cf. dans la chanson de Steve Waring : Éloignez-vous, je suis l’Ogresse / Je mange le fer, je mange la graisse / J’ai un appétit fou, éloignez-vous ! / Je mange tout, tout, tout ! / HA ! HA ! Que tout est bon ! Que tout est bon bon bon bon bon bon bon / Que tout est bon bon bon bon bon…)

Ce carnet est mon lieu d'[ekrivε] ; d’écriture de textes de toutes natures.

Je l’ouvre maintenant – printemps 2015 – parce que tout ne peut pas figurer dans mon dossier d’HDR en voie d’achèvement, mais que pour rendre compte de presque vingt-cinq ans d’écriture, d’enseignement et de recherche (par ordre alpha) et de bientôt dix ans d’animation d’ateliers d’écriture, il me faut pouvoir renvoyer à ces textes.

Je lis l’ambition, le désir qui animent ce blog, dans les mots de Barthes :

C’est […] au moment où la recherche parvient à lier son objet à son discours et à déproprier notre savoir par la lumière qu’elle porte sur des objets mieux qu’inconnus : inattendus, c’est à ce moment-là qu’elle devient une véritable interlocution, un travail pour les autres, en un mot, une production sociale.1

La suite ? Que sera, sera.

1 Barthes, R. (1984). Le bruissement de la langue ; essais critiques IV. Paris : Seuil, p. 110.

 

Marseille, avril 2015, augmenté du § sur Barthes en février 2016.