Découper selon, photos et textes

Mieux vaut tard que jamais : sur ce Carnet, le livret de l’expo tenue en décembre 2018 à la Miroiterie au Panier, Marseille.

L’expo a été conçue en sélectionnant une dizaine de photos de Jean-Yves Briend, collègue mathématicien d’Aix-Marseille Université. Ces photos étaient extraites d’une série, Découper Selon les Pointillés, en comprenant vingt, du littoral marseillais, auxquelles j’avais « répondu » par des textes.

On se fera une idée des photos et on lira les textes ici.

On verra vraiment beaucoup mieux les photos 🙂

L’expo avait été clôturée par une conférence de notre collègue philosophe Pascal Taranto.

L’infinie aventure de l’écriture se poursuit…

Marie-Laure, Marseille, septembre 2019

S’échapper de l’asile

Les branches me giflent le visage. On y voit des griffures, des zébrures rouges.

Le vent siffle à mes oreilles

Sifflerait si

Me sifflerait aux oreilles si.

Mais il faut se débattre, et ça me ralentit, de tenter de m’extraire, les lambeaux de sac gluant, par longs triangles me collant à la chemise…

La camisole de force, les manches démesurées attachées dans le dos

la poitrine écrasée

les mamelons douloureux de leur tension, un œil sur l’éclatement des grenades – et si nous aussi nous…

sourds gourds écrasés

le vent sifflerait si dans ce bois cette forêt

mes jambes s’agitent les ciseaux d’échassier

devant

devant

le regard révulsé se jette derrière l’épaule

Et s’ils étaient tout près, est-ce qu’ils me poursuivent, ce craquement de branche… ?

Le buste de torsionne

han han

jambes un instant s’affolent se dérèglent

j’aimerais me vomir hors de la camisole

les branches me sifflent au visage

mes jambes ne seront jamais assez rapides

mais il faut compter sur les obstacles

et j’ai pris de l’avance

ils n’ont pas mesuré les conséquences de ma fuite

ils n’ont pas le temps

effectifs trop faibles

les gardiens de l’asile ne me poursuivent pas, non

mais déjà, l’aube à peine levée, les voix de fous m’appellent

ils lancent leur appel de loup

ils savent

ils m’accompagnent de leurs longs hurlements modulés

j’irai peut-être les rechercher

je ferai ce que je peux

ouvrir la porte de leur cellule qu’ils la contemplent apaisés la lourde porte de fer grillagée écartée

la camisole de force en sac amniotique de poulain de veau

des aiguilles se sont collées dessus

le vent me sifflerait aux oreilles si je courrais plus vite

les pieds ailés

mais déjà je ne suis plus jeune quand je m’enfuis

j’ai vécu oeuvré peiné au lieu de m’entraîner à la course

le mercure d’une fièvre lente m’épaissit le sang

mais les appels ne me retiennent pas

rien ne me fait trébucher ah !

… jambes trop lourdes mais les gardiens ne me poursuivent pas

– Une folle échappée, la belle affaire !

celle-là était sale pleine d’humeurs et de sang et de lait et de sperme et de sueur

odeurs douceâtres odeurs métalliques

laissons courir elle tombera d’elle-même

tiens Jo rattache-moi les bras dans le dos tu veux bien et aujourd’hui c’est ton tour de garder les mains libres j’ai rangé le boulet dans ton casier et pris le temps de nettoyer l’anneau de cheville tu seras content aucun risque de trace de rouille sur ton bas de pantalon et Al est au réfectoire il aura fini quand tu viendras lui filer la clé de l’anneau lave-lui les dents avant de la lui glisser contre la gencive : d’expérience, c’est désagréable de récupérer la clé quand le collègue s’est pas lavé les dents la veille

t’as vu au fait on a de nouveaux boulets

ça faisait longtemps

j’adore les tout premiers jours quand ils étincellent

la chaîne est plus solide aussi ils ont dû changer de fabricant

ils devaient avoir eu des plaintes sur le lot précédent

c’est vrai que le boulet était tout juste assez lourd, le nombre de nuits où j’ai fait plusieurs tours de la cour sans avoir la cheville meurtrie !

et cette chaîne qui cassait alors que le fabricant garantissait la solidité à toute épreuve…

de quoi vous donner des envies de fuite

heureusement ça arrive jamais parmi les gardiens

le pauvre collègue t’imagines ? la chaîne casse et subitement lui prend l’envie de quitter l’asile, il passe sous les yeux des autres surveillants tellement abrutis de fatigue qu’ils parviennent à peine à lui souhaiter bonne chance du regard

il y en a bien pourtant qui aimeraient lui confier quelques mots qu’il pourrait remettre en leur nom à leurs familles…

t’imagines, le pauvre collègue traverse la cour en essayant de ne pas faire trop de bruit avec son reste de chaîne

le tronçon est trop court, quelques maillons, pour être tenu à la main le bout de chaîne traîne au sol et cliquette

surtout ne pas troubler le maigre repos des collègues

ne pas les tirer en sursaut des cauchemars où ils étouffent

d’une main tremblante d’un bras maigre tu vois le collègue prend la clé sur le haut du muret

mais la grille n’est pas plus verrouillée que d’habitude

la lune est pleine la nuit est claire c’est bien sa veine c’est une bonne nuit pour s’enfuir

ce n’est pas tant que les collègues vont lui manquer

ils pourront toujours communiquer par Skype

mais cet inconnu dehors !

ce vaste inconnu !

il y a de la vie dans ce bois, et l’air à la grille c’est plus l’air confiné des cellules des couloirs du réfectoire les corps tristes les haleines empuanties

ça sent le frais la verdure

et puis il était sur le point de se mettre à boire

il était tout près

et il paraît que la dépendance à l’alcool réserve d’agréables surprises

des collègues sont passés par là

ils et elles étaient prêts à lui en confier les secrets

alors que cet immense inconnu devant lui…

t’imagines, franchement, tu l’imagines le collègue ?

il est content de reculer et de sentir les barreaux de l’asile s’enfoncer dans son dos

il reste là à savourer, pour une fois, juste ça, la nuit qui s’écoule et au petit matin il fait demi-tour et va détacher les bras des camisoles des autres surveillants, que tout le monde puisse commencer à l’heure la tournée des cellules

franchement, t’imagines, ce risque soudain de liberté ?

ah, ça fait du bien de rigoler un peu, et il paraît que c’est sain de rire de ses peurs

Non les gardiens n’ahanent pas derrière moi leur sang à peine plus fluide de me sentir qui m’échappe l’instinct de poursuite quasi mort le jeu de courir derrière le copain la copine un souvenir minuscule

ils ne me poursuivent pas par sens du devoir par réflexe parce que soudain je suis passée dans le champ de vision de l’un d’eux et qu’automatiquement ça a déclenché la poursuite qui est freinée par la nécessité pour le surveillant de garde d’aller forcer les mâchoires serrées du collègue gémissant dans son cauchemar

et récupérer la clé de sa chaîne

et détacher son boulet secouer les collègues dénouer les manches de la camisole du plus proche pour qu’au fur et à mesure effet domino ils parviennent à se libérer en se passant le mot jusqu’au dernier

Une fuyarde ! Elle a pris de l’avance le temps qu’on soit tous détachés…

Les imaginer me poursuivant m’engourdit

car j’ai eu mes tours de surveillance moi aussi, je connais le boulot comme tout le monde, oh moi je ne me serais pas lancée à la poursuite d’une fuyarde j’aurais étouffé aussi sec l’étincelle de curiosité le hoquet de désir

réprimé

ma torpeur ma torpeur ma torpeur à tout prix

mais là les branches me cinglent le visage

je me suis enfuie

je continue à courir

mettre de la distance entre l’asile et moi

jamais trop grande

je cours toujours et l’un après l’autre les lambeaux de camisole racornissent