Eh bien, bienvenue.

Ce Carnet regroupe, à mesure que je trouve le temps de les y déposer, divers écrits de recherche. Recherche est ici entendue comme réflexion, à partir de la lecture de textes ainsi que d’observations (j’observe ce que je vis en tant qu’enseignante-chercheuse (EC)) sur d’autres textes, ainsi que sur ma pratique d’EC.

Cette réflexion aboutit pour partie à des écrits, que je recueille ici.

En tant qu’EC, je travaille depuis 1999 dans une université désormais appelée Aix-Marseille Université (AMU). Recrutée sur un poste de Maître de Conférences (MCF) en littérature britannique, je n’ai de fait quasiment jamais enseigné cette « spécialité » : l’essentiel de mon service d’enseignement a rapidement porté sur la traduction littéraire dite « concours » (sur le modèle des enseignements de traduction destinés aux étudiants préparant le CAPES et l’agrégation d’anglais). À mesure que ma réflexion sur cet enseignement évoluait et que je me spécialisais en traduction des textes littéraires anglais en français, j’ai créé, en 2007 et en collaboration, des enseignements qui me paraissent désormais pouvoir faire partie de la formation « de base » d’un.e étudiant.e « angliciste » (voire de toute formation en langues), a fortiori se spécialisant en traduction littéraire : des ateliers d’écriture dite de création en anglais et en français, d’auto-traduction entre les deux langues, et plurilingues au sens où les étudiants peuvent s’appuyer sur toutes leurs langues, familiales, étudiées etc. pour créer leurs textes. Au département d’anglais de l’AMU où je travaille toujours (le Département d’Études du Monde Anglophone / DEMA), les étudiant.es peuvent également suivre des ateliers de traduction créatrice, où l’objectif n’est pas de produire une traduction qui obtiendrait une note convenable à un concours mais de se poser comme auteur de sa traduction, ce qui implique de travailler son français comme un écrivain. Des tels ateliers – d’écriture ou de traduction créatrice – existent dans les formations à la traduction littéraire les plus réputées.

Cette évolution a été à la fois source de soulagement – je me sentais à l’étroit à enseigner la traduction telle qu’elle m’avait été enseignée – et de souci : l’écriture littéraire, que je pratique depuis 1996 au moins (il me semble avoir commencé « sérieusement » en écrivant une histoire pendant les insomnies que me provoquait ma première grossesse), a progressivement « débordé » de mon temps de loisir (peut-être parce que ce temps se réduisait de façon chagrine) en tentant d’envahir mon temps de travail (en imaginant qu’on parvienne à les distinguer chez quiconque ne peut pas se mettre au lit avec un livre sans un crayon pour repérer des passages à traduire…).

Quelques épisodes dépressifs plus loin, j’ai fait ce que la sagesse dictait – et dont je trouverai probablement témoignage dans les autobiographies intellectuelles des EC en traduction si elles existent : j’ai pris la brosse du tableau et j’ai effacé la frontière que j’avais déroulée – une frontière de barbelés, au tout début, afin d’être certaine d’empêcher les circulations – entre mon travail de recherche et d’écriture dite universitaire et de recherche et d’écriture dite de création, ou littéraire (et finalement je préfère le terme artistique, ça laisse de la place pour les expériences plastiques).

Ouf, j’ai survécu.

Il est conseillé d’errer dans ce Carnet.

Seuls titres dans le bandeau latéral moins explicites peut-être que les autres : Monogloses – des textes courts où une voix narrative chaque fois se raconte et se commente ; HDR – habilitation à diriger des recherches, celles de doctorant.e.s notamment.

Enjoy; si vous le voulez bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *